13 sept. 2021

Space Invaders Invincible Collection : la compilation intergénérationnelle !

1978. Space Invaders débarque au Japon et devient un phénomène de société, au point de créer une pénurie de pièces de monnaie. Né de l’esprit de Tomohiro Nishikado, le jeu de Taito est désormais ancré dans la pop-culture et continue de traverser les générations, que ce soit par le biais de ses célèbres créatures marines (inspirées de la Guerre des mondes de Herbert George Wells) ornant les murs des villes du monde, du cinéma (avec Pixels sorti il y a six ans) ou encore des compilations. Et ça tombe bien, la Switch accueille justement un condensé des épisodes d’hier et d’aujourd’hui. 


À l’origine, Space Invaders était un jeu de tir, un shmup, se déroulant dans un tableau fixe. À l’image de Breakout, toute l’action se déroule sur un plan et il n’y a aucun défilement (scrolling). Les ennemis débarquent du haut de l’écran et le joueur doit déplacer son vaisseau latéralement en adaptant sa cadence de tir pour éliminer les envahisseurs qui descendent sur Terre de plus en plus rapidement. La difficulté provient de votre vaisseau et de son tir peu rapide, mais aussi de l’accélération soudaine des aliens. Le concept de Space Invaders a traversé les décennies, en évoluant parfois, mais il est resté très fidèle à l’original. Avec Space Invaders Invincible Collection, Taito revient à ses premières amours ! Et c’est plutôt pas mal !

DIX DE CHUTE

La compil’ propose une dizaine de jeux qui vont de 1978 à 2020 pour une expérience très disparate selon la sélection. Bien évidemment, le premier titre à ouvrir la voie (lactée) est l’incontournable Space Invaders en noir et blanc. Celui qui a démocratisé l’utilisation des bornes cocktail, en plus de rendre accro les Japonais qui ont pu mettre la main dessus dès les premières semaines de commercialisation. Pour tester le concept d’antan, j’ai demandé à mon fils de 6 ans de s’y essayer. La première chose que j’ai remarqué, sans doute parce que son papa fait pas mal de jeux rétro, c’est qu’il n’a fait aucune remarque sur l’absence de couleurs. Non, mon gamin a été plutôt interpelé par ces drôles de bestiole et il a rapidement pris goût, même si c’est assez difficile, à l’action se déroulant devant ses yeux. Il n’a pas joué très longtemps car les commandes sont archaïques et la cadence de tir rend la progression délicate. Fidèle à son époque, Space Invaders est un jeu plaisant, très bien pensé, mais qui, il faut bien l’avouer, a considérablement vieilli. La compilation propose plusieurs variantes : la mouture en couleurs de l’original, le Space Invaders II et ses petits ajustements, etc.


LA PETITE SURPRISE

Aux côtés de Space Invaders viennent se greffer des sortes de spin-off, autrement dit des épisodes parallèles qui modifient le concept du jeu de 1978. Lunar Rescue jouit d’un gameplay bien plus riche que son homologue. Paru un an après Space Invaders, il se déroule en deux phases. Dans un premier temps, le joueur doit déplacer sa fusée en évitant les comètes et atterrir sur une planète. Ensuite, il récupère des individus et doit les ramener à bon port en tirant sur les aliens qui tentent d’empêcher l’évacuation. Conçu sur le même moteur que Space Invaders, c’est un jeu très prenant, mais pas évident. Space Cyclone, quant à lui, est très rare de nos jours, mais peine à se démarquer de son modèle. La seule différence de ce jeu de tir classique réside dans le déplacement des ennemis. Mais pour les amoureux de découverte vidéoludique, il est appréciable de découvrir des jeux parallèles à Space Invaders dans la compilation.


DÉCOLLAGE IMMINENT

Après avoir fait le tour des premiers jeux, on passe rapidement à des œuvres plus récentes. On apprécie ainsi de retrouver Majestic Twelve : The Space Invaders Part IV qui est sorti pour les douze ans du titre de Nishikado-san. En soit, il n’y a rien de fou fou dans cette suite, mais le scrolling différentiel apporte une certaine classe à l’ensemble, les animations sont soignées et les niveaux se renouvellent légèrement, avec même des vaches à sauver dans l’un des tableaux ! Ce qui est amusant avec ce soft, c’est que les développeurs ont tenté de moderniser l’original sans le dénaturer. Et c’est plutôt réussi ! On passera rapidement sur Super Space Invaders ’91 qui n’apporte pas grand-chose puisqu’il s’agit, peu ou prou, le même jeu en un peu plus beau. On poursuit avec Space Invaders DX qui est une œuvre hommage sortie en 1994. On pouvait jouer à l’original, se défier à deux (en refourguant des extra-terrestres à l’adversaire) et surtout s’essayer au mode Parodie. Comme son nom l’indique, il s’agit de transposer l’univers de Space Invaders dans un délire où les sprites d’origine sont remplacés par des personnages et autres bizarreries. C’est le même jeu, mais c’est toujours rigolo de tirer avec un piaf.

 


Pour boucler la liste des jeux disponibles, Space Invaders Extreme et son homologue Gigamax 4SE ferment la marche et ont le mérite d’amener la licence vers des genres totalement différents. L’épisode Extreme est probablement notre coup de cœur de la compilation. Sorte de mix entre Lumines et Tetris Effect, le titre est un feu d’artifice visuel et sonore ! Doté de graphismes chiadés, d’effets percutants et d’une bande-son géniale, il est à la fois un shoot et un rhythm’game décapant. Il y a même des boss qui imposent une attention de tous les instants. Une vraie découverte pour ma part, et quelle découverte ! Space Invaders Gigamax 4 SE, pour terminer, s’appuie sur les codes de l’original de 1978 en apportant des variantes au gameplay, un écran 16/9ème (à la Bomberman sur Saturn) et surtout un mode coopératif qui invite les joueurs à réunir leurs aéronefs pour booster la puissance de tir. Malin !

 


Space Invaders Invincible Collection est une chouette compilation ! Riche en découverte et proposant une sélection assez hétéroclite, elle mériterait une visibilité bien plus large, mais souffre d’un prix franchement délicat pour son lancement. Les joueurs seront très peu nombreux à mettre 50 euros dans un jeu de ce calibre, aussi légendaire soit l’épisode de 1978. C’est dommage car il y a d’excellentes idées, l’ensemble est soigné et les jeux les plus modernes, notamment Space Invaders Extreme, valent vraiment le détour.

 

BON

 

Points positifs :


  • Une sélection accrocheuse
  • Space Invaders, un concept intergénérationnel
  • Space Invaders Extreme
  • La possibilité de jouer à 2 à certains titres

 

Points négatifs :


  • Quelques choix (copies) discutables
  • Un prix trop élevé pour une telle compil’

 

Éditeur : ININ Games / Développeur : ININ Games / Genre : Shoot / Date de sortie : 17 août 2021 / Nombre de joueurs : 1 à 2 / PEGI : +3 / Support : Nintendo Switch

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire