31 août 2010

[Publications] Pix'n Love 14 - Trailer

Notre réalisateur-monteur maison, Mifune, s'est chargé de cette vidéo de présentation de Pix'n Love 14. Le dernier numéro arrive tout bientôt dans les boites aux lettres des abonnés (si ce n'est déjà fait) et revient en long, large et travers sur le fantastique Another World d'Eric Chahi. Vous allez pénétrer dans les coulisses du développement, avec une très riche interview du créateur français. Les amateurs de Saturn, quant à eux, sont invités à découvrir un dossier complet sur Burning Rangers, et comprendre comment ce fabuleux jeu de pompiers futuristes a été réalisé. Ce Pix'n Love 14 revient également sur l'un des hits mythiques du microcosme jeu vidéo : Duke Nukem 3D. Autant dire que ce numéro est très varié et encore, je n'ai pas parlé de l'interview de Cold Storage, célèbre pour son excellente bande son sur Wipe Out ! Sachez que Pix'n Love 14 sera bientôt disponible sur le site des éditions : http://www.editionspixnlove.fr

Autres articles :

Takefumi Makino , le confident de Gunpei Yokoi
Beast Busters
Sonic Jam
Sir Fred
Combat
Sky Raiders
Guwange
Berzerk



29 août 2010

[Test] Marvel vs Capcom - SEGA DreamCast Pal

 
 

 

Faisant parti des jeux de lancement de la Dreamcast, Marvel vs Capcom a été la vitrine technologique démontrant les capacités 2D de la machine. Plus qu'une adaptation de la borne, ce troisième opus des Cross Over de Capcom repousse une fois de plus les limites du chaos visuel. En clair, il se veut simple et efficace !


Après avoir battu deux fois de suite Apocalypse dans Xmen/Marvel vs Street fighter, une nouvelle menace pointe le bout de son nez : Onslaught. Capcom nous pond là un boss qui porte bien son nom car nous sommes un peu le David face à Goliath.
Pour le battre, une quinzaine de combattants répondent présents : Chun-li, Ryu et Zangief côté Street fighter, Wolverine, Gambit, Hulk, Captain America, Spider Man, Venom et War Machine (qui est Rodey et non Tony Stark sous l'armure d'Iron Man) côté Marvel, puis des personnages inédits côté Capcom : Morrigan, Megaman, Jin (de Cyberbots), Strider Hiryu puis Captain Commando. Que du beau monde pour la fête ! A savoir qu'un troisième combattant choisi aléatoirement est là pour effectuer une attaque unique lorsque vous sentez que les choses tournent mal. Vous retrouverez des personnages cultes de Capcom comme Sir Arthur de Gouls'n ghost, Thor, Ice Man, Magneto, Colossus, le héros de Mercs, etc...

Côté gameplay, une nouvelle furie apparait : le Cross Over Fever ! Elle fait venir vos deux persos à l'écran et tous les coups sont permis pendant un laps de temps, transformant littéralement votre téléviseur en Stroboscope ! La pyrotechnie virtuelle est vraiment impressionnante. Il est même écrit dans la notice (pour vous dire à quel point le déluge visuel est soutenu) : « Lisez bien l'avertissement concernant l'épilepsie sur la page de couverture intérieure de ce manuel avant d'activer l'option FLASH ». Épileptiques, cette option est donc à utiliser avec prudence !

Avant de démarrer une partie vous aurez le choix entre plusieurs mode de jeux : Arcade, Versus, Training, Survival, et enfin le Cross Over Fever (jouable à 4 !). Vous pourrez aussi choisir, avant chaque match, le mode Easy ou Normal pour une simplification des exécutions des furies (dans le premier mode, il suffit d'appuyer sur 2 boutons coups de poing ou de pied) ou encore de paramétrer la cadence du jeu entre Normal et Turbo.

Dès les premières parties, la qualité des animations saute aux yeux : elle est remarquablement bien décomposée, fluide et rapide prouvant que la Dreamcast possède le même talent en matière de 2D que sa grande soeur. Les thèmes musicaux sont du même acabit que précédemment et les décors sont autant de clins d'oeil qui rendent hommage à ce fabuleux développeur de jeux.

Je n'ai toujours pas trouvé de jeux de combat 2D plus fun que ce Marvel vs Capcom et je trouve que sa suite ne reprend pas cette âme. C'est un vrai régal que de se faire de temps en temps des parties, surtout qu'elles s'enchaînent vite. Ne passant pas par quatre chemins, simple d'accès et diablement efficace, ce Cross Over fait parti des meilleurs jeux du genre de cette plateforme : de l'arcade à l'état brut !




Fidèle à la version originale du CPS 2. Les couleurs pètent, ne bavent pas, les sprites sont énormes et les scanlines sont présentes (en 60Hz) !





Les mouvements sont identiques, là encore, au support arcade. Fluides et excellente décomposition. Ultra rapide en 60Hz, le 50, est naturellement à bannir avec ses nombreux ralentissements.





Répond au quart de tour, très nerveux et très accessible. Les coups spéciaux sortent sans problème et ne sont pas compliqués.





Les pistes MIDI commencent sérieusement à vieillir. Heureusement, quelques thèmes trottent encore dans la tête une fois la console éteinte.

27 août 2010

[Test] Darius Gaiden - SEGA Saturn Jap - Taïto F3


 Tiré des deux premiers épisodes « Darius », ce Gaiden propose un gameplay plus arcade et plus accessible : Taito l'a bien compris pour pouvoir toucher le grand public. La bonne nouvelle, c'est que ce développeur japonais y est arrivé... grâce à sa performante borne d'arcade : le Taito F3.

Taito nous ressort les petits plats dans les grands : une bien belle pirouette dans sa vision de shoots arcade.

Premièrement, changement de vue : exit le scrolling horizontal partagé sur 2 écrans (voire 3 au Japon) imposant un tout petit vaisseau et des ennemis qu'il fallait voir à la loupe sur console. Darius Gaiden possède enfin une vue digne d'un shoot classique avec des sprites optimisés.

Deuxièmement, les tableaux sont assez nombreux et bien sentis (cosmos, vortex, base spatiale, vaisseaux mères) sur fond de bande son digne de Zuntata : accrocheuses à souhait, elles appuient bien sur une sensation post-apocalyptique, fataliste et de profonde tristesse.

Le F3 roule des mécaniques et montre tout son savoir faire : effets spéciaux, distorsions, 3D et zooms ! Les boss sont là pour le prouver : le Golden Ogre est à couper le souffle ! Basé uniquement sur de la 2D, on a rarement vu une animation et un effet 3D aussi bluffants. Malheureusement, il est le seul à avoir bénéficié d'un tel soin. Ce n'est pas si grave car ceux qui auront fait le premier Darius retrouveront avec nostalgie le King Fossile ou encore l'Electric Fan.

Sur Saturn, le soft est un parfait copier/coller à son homologue F3 : c'est fluide, ça bouge bien, maniabilité excellente, thèmes musicaux qualité CD, et toujours jouable à 2 ...Hélas très dur car limité à 3 crédits (voilà de quoi rallonger encore la durée de vie mais qui risque d'en frustrer plus d'un). La Saturn est aussi à l'aise en 2D/3D que le système de Taito. De plus, on y retrouve le grain que seules les bornes possèdent, à l'instar de la NeoGeo. Vraiment, cette Saturn est inimitable avec sa puce graphique d'excellente qualité : c'est un véritable clonage du support arcade.





Les décors sont variés et de bon goût. Les quelques éléments 3D se mélangent à merveille avec la 2D. On se croirait devant le Taito F3 tant le grain de l'arcade est fidèlement reproduit !


L'ensemble bouge plutôt bien et sans ralentissement. Seul le Golden Ogre a bénéficié d'une attention particulière.





Réactif et nerveux : impeccable. Le système de choix de niveau est une excellente initiative de la part de Taito.






Zuntata est aux commandes et le fait sacrément savoir. Jamais une ambiance n'a été réalisée avec une telle émotion d’apocalypse. Bravo !
  


[Test] Kane & Lynch 2 - PS3/360

Si Kane & Lynch premier du nom est resté dans les mémoires, c'est surtout pour le pataquès pas possible qu'il a déclenché. L'affaire "Gamespot" et le licenciement de Jeff Gerstmann, l'ancien rédacteur en chef du site renommé, ont fait le tour du monde. Ce scandale, sans doute l'un des plus importants que la presse spécialisée vidéoludique ait connu, avait très nettement entaché l'image de ce média, dont la réputation d'intégrité n'est pas des plus reluisantes. Quoiqu'il en soit, ça n'a pas empêché le titre de se vendre correctement (un scandale peut pousser à la vente, il suffit de se remémorer les chiffres des premiers GTA) et sa suite vient tout juste d'arriver dans les bacs. Pour un résultat identique ou il y a du mieux ?



Malgré ses carences techniques et ludique, le premier épisode m'avait marqué par son ambiance complètement barrée. Je me souviens avoir pris beaucoup de plaisir à suivre les pérégrinations de ces deux malfrats que sont Kane et Lynch. L'un est un ancien taulard tandis que l'autre est un psychopathe qui passe son temps à zigouiller du monde et sortir des obscénités. Avec Dog Days, les deux compères récidivent ! L'histoire prend place en plein cœur de la mégalopole qu'est Shangaï. Malgré son caractère et son lourd passé, Lynch s'est amouraché d'une belle chinoise. Plus posé et sérieux, il ne mettra pourtant pas longtemps à retomber dans ses travers, entraînant dans sa chute son compère de toujours : Kane.

Jeu d'action à la troisième personne, Kane & Lynch 2 ne fait pas dans la dentelle. Ici, c'est la poudre qui parle et seulement la poudre. Mafia, police et même armée, nos deux bad guys sont confrontés à une horde d'hommes qui veulent leur faire la peau. Si le scénario n'a rien d'original, on prend un malin plaisir à vivre cette course poursuite effrénée. Le problème, c'est que le titre ne décolle pas. Il y a bien une séquence à bord d'un hélicoptère à un moment, mais le tout est incroyablement dirigiste et linéaire. Ajoutez à ça une durée de vie rachitique (4 à 5 heures grosso modo) et vous obtenez un soft qui méritait mieux. Heureusement, ce dernier se rattrape par la présence d'un mode coopération à deux des plus conviviaux. En revanche, si vous aimez les death match en multijoueurs, il n'y a pour l'instant que six cartes.

Dernier détail et non des moindres, l'action est filmée de manière cinématographique avec des effets qui risquent d'en faire vomir plus d'un. Les développeurs ont intentionnellement ajouté toutes sortes d'artifices comme des parasites sur l'écran, une caméra qui bouge dans tous les sens dès que vous vous mettez à courir ou encore du flou à gogo. Il faut aimer. Pour ma part, j'avais l'impression de me retrouver dans un niveau de Descent ou encore Forsaken, il y a intérêt d'avoir le cœur bien accroché !

Bref, Kane & Lynch 2 : Dog Days jouit d'une ambiance sympatoche, de gunfights qui ne le sont pas moins mais les graphismes moyens, la répétitivité de l'action et la durée de vie font qu'il ne peut prétendre à une note supérieure à la moyenne. Cela ne l'empêche pas d'être numéro 1 des charts en Grande-Bretagne. A vous de vous faire un avis en vidéo.



24 août 2010

[Divers] Waterworld, la version Saturn

Actuellement en pleine réalisation d'un dossier pour Pix'n Love 15, je me suis mis en relation avec Steve Woita, un programmeur ayant œuvré chez Atari, SEGA, Ocean... et il m'a révélé (on retrouve l'information sur le web mais je ne la connaissais pas) que Waterworld sur Saturn avait été finalisé complètement. Selon les dires de l'intéressé, il était même assez impressionnant graphiquement, mais pour une raison qui lui échappe, cette mouture Saturn n'a jamais vu le jour d'un point de vue commercial. Le jeu devait aussi sortir sur Megadrive et 3DO, pour un résultat identique : pas de sortie. Forcément, je n'ai pu m'empêcher de demander s'il était possible de mettre la main sur une version afin de pouvoir la découvrir soit sur émulateur, soit directement sur la console, mais la réponse est logique : les droits reviennent à Universal et il ne peut rien faire, c'est pourtant pas l'envie qui manque, tant il est sur que le jeu plairait à beaucoup de joueurs. Espérons qu'un jour, un certain Hidden Palace (le fameux site de prototypes) puissent faire éclater au grand jour ce "Waterworld" sur Sega Saturn.



21 août 2010

[Arrivage] Neo Geo CD + MEGA CD 2

Il y a des périodes comme ça où la fièvre du retrogaming se fait de plus en plus insistante. Cet été le fut véritablement pour moi. En l'espace de deux mois à peine, je me suis jeté sur les différentes affaires que j'ai pu négocié, gonflant ma collection de pièces assez "rares", sans qu'il s'agisse de machines introuvables. Bon, autant le dire de suite, les prix pratiqués défiaient toute concurrence, ce qui m'a poussé à me procurer ces joujoux. Que ce soit les Turbo Grafx (Uk), Core Grafx (Jap), Nomad (US), Neo Geo CD (Jap) ou Mega CD 2 (Jap), toutes étaient souhaitées depuis un moment. A l'approche de septembre et d'une activité professionnelle qui va reprendre du poil de la bête, avec un gros dossier Pix'n Love à réaliser la semaine prochaine, je vais cesser de faire chauffer la CB et c'est peut être pas un mal. La boulimie du harware, ça a du bon mais si on n'en profite pas, ça ne sert strictement à rien :)

Les deux dernières arrivées de l'été (avec World of Illusion et Gunstar Heroes sur Megadrive US) : 






18 août 2010

[Musique] Killer Instinct - Ultra 64

Après la baffe "Donkey Kong Country", le studio anglais Rare a accouché d'un jeu de baston resté dans la plupart des mémoires : Killer Instinct. Ayant découvert tout récemment que le titre était parfaitement jouable en émulation sur Ultra 64 (Killer Instinct 2 va encore plus loin en matière de graphismes et sensations), j'ai eu envie de faire un p'tit arrangement du thème principal, une musique que j'adore.

12 août 2010

[Review] Sunset Riders - SEGA MEGADRIVE


S'il y a bien un personnage que j'admire, c'est bien ce Clint Eastwood avec son charisme légendaire dans les "western spaghetti". Et sachant que le jeux de cowboys ne courent pas les rues sur consoles, ce Sunset Riders est une excellente nouvelle pour les amateurs de beat'em all sur la 16bits de SEGA. Je vous laisse le (re)découvrir en vidéo...


11 août 2010

[Publications] La bio de Gunpei Yokoi est là !!

Sans attendre, foncez sur le site des Editions Pix'n Love pour vous procurer la biographie de Gunpei Yokoi, l'homme qui a façonné le succès de Nintendo. Inventeur de jouets très inventifs, il est surtout connu pour être à l'origine de bien des révolutions vidéoludiques. La croix directionnelle, le Game Boy ou encore les Game & Watch, tous sont nés de l'imagination débordante de ce créateur de génie. Décédé en 1997 dans un accident de la route, il a essuyé un échec cuisant au cours de sa belle carrière : le Virtual Boy. Ce livre retrace sa vie et des milliers d'anecdotes sur ses créations. Une véritable merveille que chaque joueur digne de ce nom se doit de posséder. Un indispensable de près de 200 pages, je vous laisse, j'y retourne !

Pour le commander sans plus attendre : http://www.editionspixnlove.fr





10 août 2010

[Arrivage] 5 jeux PC Engine

Détenteur d'une Core Grafx depuis peu, j'en ai profité pour me procurer quelques titres auprès de mon ami Philippe de Neo Ayato. Ayant reçu le lot aujourd'hui, je vais pouvoir tester la petite Core Grafx, surtout qu'il y a des jeux qui me tiennent à coeur, comme F1 Circus 91, Bomberman ou encore Bikkuriman World, plus connu sous nos latitudes sous le nom Wonderboy in Monsterland. En tout cas, n'hésitez pas à faire un petit tour du côté de www.neo-ayato.com, il y a de belles choses à découvrir ; )


9 août 2010

[Arrivage] La Nomad de SEGA

Je viens d'acquérir pour une somme défiant toute concurrence (40 € environ) une Nomad de SEGA. Je remercie le vendeur américain avec lequel j'ai pu négocier et j'espère que la petite merveille débarquera avant la fin de la semaine. La Nomad est une machine sortie uniquement aux Etats-Unis, il s'agit ni plus ni moins d'une Megadrive/Genesis portable d'une grande qualité. Son écran est assez exceptionnel, sans atteindre celui d'une PC Engine GT. 


6 août 2010

[Divers] Arrivage : Core Grafx

Je ne pensais pas recevoir la machine aujourd'hui, mais elle a finalement rejoint ma collection ce matin. Elle, c'est bien sur la Core Grafx japonaise. Impressionnante en matière de design, je fais comme beaucoup de trentenaires actuellement. A l'époque, cette bécane (et toute la gamme NEC en fait) nous faisait rêver mais nous n'avions absolument pas les moyens pour nous l'offrir. Et pourtant, je peux vous dire que j'en ai entendu parler dans la mesure où Asta et moi-même, nous sommes du Morbihan. C'est dans ce département qu'est née la fameuse société Sodipeng (SOciété DIstributrice de la Pc ENGine), plus exactement à La Gacilly, premier fief d'une autre grande firme française : Ubi Soft. Je me souviens qu'il y avait des pubs directement dans le Ouest France ! Mais voilà, les poches étaient vides à l'époque, c'est pourquoi je me suis rattrapé, une bonne vingtaine d'années plus tard, en m'offrant une Turbo Grafx (modèle US de la PC Engine) et cette Core Grafx japonaise, sortie deux ans après la PC Engine. En fait, il s'agit de la même console, mais avec un nouveau nom, un nouveau pad (avec ses boutons autofire) et enfin avec une sortie AV et non plus RF (sortie antenne). Pour la faire marcher, rien de plus simple, Philippe de Neo Ayato Marseille - http://www.neoayato.com - que je connais  depuis pas mal de temps (et que je remercie  pour sa disponibilité) m'a donné l'astuce d'utiliser un simple transfo Megadrive. Ca fonctionne sans problème, reste plus qu'a se procurer quelques jeux jap', et de débuter une petite collection fort sympathique. La ludothèque de cette bécane contient de vraies perles ! Plus besoin de rêver, elle est réalité.

5 août 2010

[Divers] Arrivage : TurboGrafx 16

Ce matin, j'ai reçu une TurboGrafx 16 PAL entièrement neuve. Si cette machine est décriée par sa forme et le faible nombre de jeux (il s'agit d'une déclinaison PAL de la PC Engine), je dois avouer que ça fait toujours son petit effet de déballer un si bel objet ! La boîte, commandée sur Moeroshop, est absolument nickel ^^ Résultat, j'ai branché cette nouvelle machine (ma 23ème, bientôt les photos de la collection seront disponibles sur le blog) et je me suis littéralement éclaté avec le jeu fourni : Blazing Lazers qui n'est autre que le fameux Gunhed ! Bref, c'est le pied de redécouvrir cette machine (et j'attends une Core Grafx demain ou samedi, pour les jeux jap).




J'ai également reçu trois jeux Lynx, toujours sur blister, ce qui m'a permis de m'essayer enfin à la Lynx II.


[Divers] Qui veut gagner des millions - acte 2

Comme à notre habitude, voilà une petite vidéo délire de "Qui veut gagner des millions" ! Cette fois, c'est sur Game Boy Advance que ça se passe et je n'ai qu'une chose à dire : nous assumons TOUT !


4 août 2010

[Publications] Mes articles chez Total Manga

Une courte news, en attendant la prochaine vidéo, pour vous annoncer que je viens de rejoindre l'équipe du site www.total-manga.com, spécialisé à 100 % dans le Japon. Bien évidemment, c'est sur la partie "Jeux Vidéo" que je vais officier en tant que testeur. Le premier test à paraître n'est autre que Dragon Quest IX : Les Sentinelles du Firmament.Si vous ne connaissez pas cet excellent site web (proposant différents thèmes comme les mangas, les jeux vidéo, la J-music, la culture japonaise, les dramas ou encore les animes), c'est le moment ! Et hop, un petit coup de pub ^_^



2 août 2010

[Test] Fatal Fury Special - Game Gear

Sorti sur de nombreux supports, Fatal Fury Special a surtout fait une grande impression sur la Roll’s Royce des consoles. Et je dois avouer que c’est avec une certaine curiosité que je me suis lancé dans l’adaptation Game Gear de ce grand titre. La surprise fut totale tant le soft s'accommode des limitations techniques de la Game Gear et les exploite à sa guise. Les développeurs de Takara (firme connue pour la série Toshinden notamment) peuvent être fiers de leur bébé.

Accueilli par une introduction sobre mais efficace faite de quelques plans fixes, Fatal Fury Special (FFS) dévoile des modes de jeu classiques. Outre le sempiternel mode options, on y retrouve le mode principal nommé ici « King of Fighter », un mode Survival (faisant en fait office de Team Battle) et un mode VS de base. Sachez d’ores et déjà que les deux derniers modes cités sont jouables jusqu'à 2 avec le câble link. C’est avec grand plaisir que le joueur retrouvera les personnages de la série des Fatal Fury. De Terry Bogard, en passant par Andy ou encore la sculpturale Mai, il y a de quoi faire. En effet, les 9 personnages ( la version NEO GEO contient 15 persos de base) disposent d’aptitudes et de coups spéciaux très variés. Chaque combat est le spectacle d’un incroyable feu d’artifice. D’autant plus que la réalisation est vraiment au rendez-vous !

La Game Gear est décidément une machine qui peut surprendre dès lors qu'elle est maîtrisée. La réalisation est proprement prodigieuse pour une console de cette envergure. La palette de couleurs est utilisée à bon escient et la netteté des graphismes est impressionnante pour un tel support. Les sprites des combattants, outre le fait d’être d’une taille honorable sont beaux : détaillés, bien dessinés, on en redemande ! Les décors ne sont pas en reste ! Tout à la fois variés et magnifique, ils changent en plus de teintes à chaque changement de round. Par rapport à la version Neo Geo, on ressent tout logiquement le manque de mémoire mais les personnages disposent de mouvements fluides et rapides, et la plupart des coups spéciaux répondent à l'appel, malgré les deux simples boutons de la console. La jouabilité a été parfaitement gérée et le jeu n’en est que plus agréable.

Fatal Fury Special est sans conteste l’un des meilleurs softs de baston qu’il m’ait été donné de voir sur Game Gear, et sans doute sur les consoles portables des années 90. La réalisation exemplaire et le plaisir de jeu n’ont pas pris une ride et il serait dommage de passer à côté de ce monument du jeu de baston sur Game Gear. Certainement LE meilleur soft du genre sur Game Gear !

8/10