18 oct. 2010

[Test] Medal of Honor - PS3/360


Éditeur : Electronic Arts
Développeur : Electronic Arts/DICE
Date de sortie : 14 octobre 2010

Même si on l'oublie fréquemment, la presse a une force de dissuasion assez redoutable. Il suffit qu'un jeu très attendu soit plus ou moins bien noté pour qu'une foule de joueurs passent à côté. On ne le répètera jamais assez mais l'habit ne fait pas le moine et des titres perfectibles techniquement peuvent s'avérer d'agréables surprises. On a un peu l'impression que la tolérance n'existe plus dans ce bas monde. Tout ça pour dire que Medal of Honor est un titre qui mérite qu'on s'y attarde. Malgré une campagne solo plutôt courte, la galette d'Electronic Arts a bien des atouts dans sa manche. Il n'y pas que Call of Duty dans la vie !

Premier constat et non des moindres : la mise en scène est soignée. Dès le départ, on est immergé dans une ambiance assez étouffante, grâce à des voix agréables et des situations bien amenées. Exit la seconde guerre mondiale chère à la série, place à un conflit dont l'horreur est bien réelle : l'Afghanistan. Ça n'a l'air de rien comme ça, mais le fait qu'il s'agisse d'une guerre d'actualité change la donne en matière d'immersion. Pour l'authenticité, difficile de faire mieux.

Le scénario nous plonge dans une zone retranchée de l'Afghanistan, chaque section de l'histoire étant focalisée sur l'une des trois escouades que vous incarnez au cours du jeu. Chacun de vos actes a une répercussion sur la manière d'opérer de l'autre groupe. La tension monte crescendo au fur et à mesure des missions, d'autant plus que les développeurs n'ont pas lésiné sur les effets. C'est sans doute là la grande force de ce Medal of Honor nouvelle génération. Sans révéler le scénario, bien patriotique comme vous pouvez l'imaginer, sachez que certains moments sont particulièrement épiques, et on en prend plein la tronche. Lorsqu'on se retrouve dans une embuscade, il faut montrer les crocs et dézinguer tout ce qui passe devant votre viseur, en veillant à bien vous planquer. Comme dans la réalité, on sent que les développeurs ont voulu montrer au joueur que le terrain est quadrillé par l'ennemi et qu'on est à deux doigts d'y rester. C'est vraiment bien fichu.

Ce qui est appréciable, c'est que le jeu ne se coltine pas à du tir aux pigeons. On note certaines phases d'infiltration, des séquences en hélicoptère ou encore en quad. Alors oui, c'est court, mais c'est intense et je préfère ce type de production à un soft qui dure trois plombes mais qui se révèle chiant à la longue. Graphiquement, il se trouve dans la moyenne des FPS actuels, avec néanmoins quelques problèmes d'affichage, quelques bugs et des textures assez fadasses. Il faut tout de même noter la présence de quelques plans magnifiques, avec les montagnes, le coucher de soleil, et un paysage à perte de vue.

En fait, Medal of Honor est un bon jeu, qui se laisse savourer du début à la fin... à condition de suivre les scripts sous le bout des ongles, sous peine de se retrouver bloqué. Durant mes différentes parties (je n'ai pas terminé le jeu d'une traite), il y a eu quelques égarements du jeu. Rien de grave, car il suffit de charger le dernier point de passage pour remettre tout dans l'ordre. Pour le reste, les musiques sont excellentes et le doublage français ne l'est pas moins. Encore heureux, quand on sait que les gars n'arrêtent pas de causer. C'est un peu la tendance actuelle, permettant une meilleure immersion. On se sent impliqué dans notre mission. Pour terminer, il est bon de glisser un mot sur le multi. Réalisé par DICE, il est assez classique dans la manière de l'appréhender, avec des modes de jeu bien connus des habitués. Malgré tout, le spectacle est assuré grâce à des cartes bien pensées, des graphismes agréables et un système d'expérience qui permet de faire évoluer son soldat.

En attendant le prochain Call of Duty, qui s'annonce lui aussi assez sympa, il serait bien dommage de passer à côté de Medal of Honor si vous êtes amateur du genre. Si l'ensemble s'avère assez classique, il reste équilibré et ses fondations sont plus que solides, avec une belle mise en scène, des dialogues bien écrits, des situations où vous contrôlez tout ou rien et des séquences chocs. Moi, ce n'est clairement pas ce que j'appelle un mauvais jeu. Loin de là. Medal of Honor fait les choses différemment de Call of... C'est plus intimiste, moins axé sur le spectacle à outrance.


2 commentaires:

  1. Enfin un article qui ne suit pas simplement ce que dit Mr influenzia!

    RépondreSupprimer
  2. Et oui ça existe :) Plus sérieusement, si la technique est important, le jeu vidéo c'est avant tout un ressenti. Et pour l'occasion, j'ai vraiment aimé ce MOH !

    RépondreSupprimer