19 nov. 2010

[Test] Sonic Free Riders - Xbox 360



Éditeur : SEGA
Développeur : Sonic Team
Date de sortie : 10 novembre 2010

Parmi les jeux du line-up Kinect, Sonic Free Riders est l'un de ceux qui me faisaient le plus de l'œil. Si mon attachement au hérisson de Sega n'est plus un secret, force est de constater que les précédents volets Riders ne m'ont clairement pas convaincu. Maintenant que j'ai passé plusieurs heures sur la galette, je suis fin prêt pour vous rendre un verdict qui risque d'être plus disparate que ce qu'on peut voir dans la presse. Une chose est sure, Sonic Free Riders est un jeu parfois élitiste mais qui sublime tout son potentiel dès qu'on se penche sur son cas. 

Au moment où je lançais le jeu, ma compagne est entrée dans mon bureau et on a découvert ensemble l'introduction en images de synthèse.  Et on peut le dire : on adore la musique qui accompagne cette séquence. Dommage qu'elle soit si courte. Passé cette première bonne impression, je me suis focalisé sur le contenu qui s'avère plutôt efficace. Il y en a pour tout le monde, avec des modes solo, du multi et la possibilité d'upgrader ses planches aéroportées en dépensant quelques deniers dans un magasin prévu à cet effet. Les options, quant à elles, se résument à leur plus simple expression. Vous avez néanmoins accès à vos statistiques de courses. Les amoureux de beaux chronos vont s'en donner à cœur joie.


Visuellement agréable, le jeu propose des circuits plutôt variés et sacrément tarabiscotés. Pour mettre toutes les chances de votre côté, assurez-vous de passer par le tutorial (contenant une bonne dizaine de leçons) sous peine de vous retrouver dans le mur. Malgré le gameplay basé sur la technologie Kinect, Sonic Free Riders est un jeu assez riche en terme de possibilités. Outre le fait de foncer sur votre planche, vous pouvez effectuer des rotations et autres figures acrobatiques (en sautant), récolter des anneaux en tendant le bras à droite, gauche ou en l'air et même accélérer avec un boost en avançant puis reculant le pied. Autant de fonctions qu'il est indispensable d'assimiler, d'autant plus que les items viennent se rajouter à tout ce petit monde, chacun étant relié à un mouvement précis (secouer une canette pour obtenir un boost surpuissant, balancer des objets...). Vous pouvez même vous éclater jusqu'à 4, à condition d'avoir un salon de riche. Je vous l'accorde, c'est le gros bordel mais les rires sont suffisants pour oublier le foutoir visuel.

Epuisant à la longue, Sonic Free Riders est pourtant un bon petit titre ! Personellement, je continue de m'amuser dessus, même s'il réclame des pauses assez régulièrement. C'est beau, bien animé, c'est fluide et on arrive à faire ce qu'on veut de son hoverboard (ou presque) à condition de suivre les consignes données par notre pote Omochao. Alors, certes, il ne s'agit en aucun cas d'une killer ap' pour la caméra de Microsoft mais il mérite qu'on lui donne sa chance. En revanche, n'espérez rien si vous n'avez pas l'envie de passer par la case "tutorial". Sans ce passage obligatoire, le jeu peut devenir injouable. Avouez que sur Kinect, pour un lancement, c'est pas mal ! ll y a bien pire dans le line-up !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire