1 déc. 2012

Test - NintendoLand - Wii U



Éditeur : Nintendo
Développeur : Nintendo
Date de sortie : 30 novembre 2012


Attendue depuis pas mal de temps, la Wii U est désormais arrivée sur les étals des magasins. Pour l'heure, les évènements semblent très bien se passer pour Nintendo puisqu'une rupture se profile sérieusement à l'horizon. L'occasion de pousser un gros coup de gueule contre les petits malins qui s'amusent à revendre des machines fraîchement achetées à des prix frisant la décence. Sur le Boncoin, on peut en trouver à 1 000 euros. Pour citer un collègue, il faudrait un 21 décembre pour ce genre d'individus. Bref, tout ça pour dire que la Wii U est disponible, qu'elle assure vraiment et qu'il est temps de faire le point sur les jeux du line-up. Proposé dans l'un des packs, NintendoLand est probablement l'une des galettes qui cristallisent le plus l'attention. Est-ce une sorte de Wii Sports déguisé qu'on retrouvera dans un placard dans moins de trois semaines ? La réponse de suite. 

Qu'on se le dise, NintendoLand n'a rien du jeu révolutionnaire. Il n'est qu'une compilation de mini-jeux visant à démontrer le potentiel et les possibilités ludiques du Game Pad (la fameuse tablette qui équipe la Wii U). Ainsi, le jeu regroupe une douzaine d'épreuves prônant la gloire des licences Nintendo. De Pikmin à F-Zero en passant par Zelda ou encore le Game & Watch Octopus, il y en a pour tous les goûts. Bon, il faut avouer que le tout est sérieusement inégal et que certains jeux ne sont franchement pas convaincants. Pourtant, on ne peut le nier : Nintendoland remplit son office avec brio, grâce à un panachage très varié de mini-jeux en solo, en coop' ou en compétition. La firme du plombier a encore frappé et démontre, avec sa nouvelle console, qu'il faudra compter sur la Wii U. 

Monita, retourne voir Bill 

De prime abord, on est accueilli par un ordinateur à la voix insupportable, à la fois nasillarde et lente : Monita. Et pourtant, il va falloir se la coltiner car c'est elle qui fait office de guide numérique dans ce vaste parc d'attraction qu'est NintendoLand. A l'inverse de Wii Sports, on se déplace librement dans cette aire colorée (qui est d'ailleurs foulée par d'autres utilisateurs - sous forme de Mii - dès lorsque la console est connectée à internet) et on peut ainsi se rendre dans l'épreuve de son choix. C'est du Nintendo tout craché, dans l'approche et dans la bonne humeur qui se dégage de cette grande foire. C'est coloré, c'est joyeux et immersif. C'est d'autant plus vrai qu'on peut afficher un message ou un dessin sur notre avatar. L'aspect communautaire est bien sympa (il est notamment possible de cliquer sur chaque Mii qui se balade sur la place pour comparer vos performances avec les autres joueurs). Mais sans attendre, place aux mini-jeux... car la Monita est d'une lourdeur à s'asseoir sur un tapis de fakir ! 

Analyse en cours 

Sur les douze attractions que proposent le jeu, vous allez vite peser le pour et le contre. On va aller dans l'ordre du dépliant proposé dans la boite de NintendoLand, c'est à dire les attractions multijoueur. The Legend of Zelda : Battle Quest est probablement l'une des épreuves les plus inintéressantes qui soient. Il s'agit d'un banal jeu d'action sur rail avec des ennemis à occire. Malgré la présence d'un arc pour le Game Pad ou d'une épée pour ceux qui jouent avec une Wiimote, c'est d'un intérêt proche du néant. Pikmin Adventure rattrape le tout, via une idée de coopération juste excellente. Game Pad ou Wiimote en main, on incarne un gros Pikmin ou le Captaine Olimar (suivi de ses Pikmin). Le but est simple : rejoindre le vaisseau, en utilisant ses capacités ou celles des petites créatures. C'est drôle et bien réalisé. Metroid Blast, là aussi, suit les traces de la coop' dans un shoot futuristique assez sympathique, avec des déplacements libres (il existe aussi un mode compétitif pour ce jeu). S'ensuit le Mario Chase qui est une partie de cache-cache délirante. Le joueur qui tient le Game Pad doit s'enfuir et se déplacer dans le niveau en évitant les autres joueurs qui le recherchent sur la télévision. Sur l'écran du Game Pad, la proie voit l'emplacement de ses chasseurs. C'est à mourir de rire et plusieurs environnements sont disponibles. Dans cette même lignée, l'attraction Animal Crossing reprend un peu ce concept à la différence que la proie doit s'emparer de bonbons, sans se faire toucher, et les déposer dans des coupelles. Pour terminer avec le multi, le délirant Luigi Ghost Mansion est une chasse aux fantômes juste exquise. Avec le Game Pad, on incarne le fantôme et le but est d'effrayer les joueurs qui arpentent le manoir. En revanche, le revenant doit faire attention de ne pas se faire drainer l'énergie par les lampes des Poltergeist en herbe. Comme toujours avec les épreuves compétitives, l'intérêt vient du Game Pad qui affiche des informations qui n'apparaissent pas du tout sur le téléviseur. Ainsi, le fantôme est totalement invisible pour les joueurs qui tentent de le débusquer. Cette manière d'appréhender un nouveau type de gameplay est véritablement prometteuse. On s'amuse vraiment comme des petits fous, malgré l'aspect répétitif de ce genre de production. 

Sans amis 

Mais comme tout le monde n'a pas forcément des amis ou de la famille sous la main immédiatement, Nintendo a fait en sorte de proposer six mini-jeux en solo. A ce titre, Yoshi's Cart est assez redoutable. Il s'agit d'une épreuve dont le but est de tracer une route d'un point A à un point B en attrapant tous les fruits. Seulement voilà, il faut dessiner le déplacement sur une carte vierge sur le Game Pad. Un grand effort de concentration est réclamé pour être en mesure de regarder les deux écrans l'un après l'autre à toute vitesse. Vous pouvez aussi compter sur Octopus Dance, un jeu qui consiste à reproduire des mouvements avec le bon timing, malheureusement assez banal. Par la suite, difficile de ne pas passer par l'hommage au singe grassouillet de Nintendo, Donkey Kong, dans un mini-jeu délirant. Le but est de déplacer un chariot via l'accéléromètre du Game Pad. Mais les niveaux sont conçus sur plusieurs étages et il faut négocier la vitesse pour ne pas se fracasser la tête dans les nombreux obstacles. Un jeu super sympa mais très exigeant. Pour terminer, passons rapidement sur Ninja Castle qui n'est autre que le fameux jeu de tir avec le shuriken à lancer à partir du Game Pad ou encore le jeu tiré de F-Zero qui oblige à positionner le Game Pad de manière verticale en pilotant le vaisseau de Captain Falcon. Enfin, Balloon Trip Breeze est un hommage à Balloon Fight et le principe consiste à faire glisser son stylet sur l'écran du Game Pad pour créer une brise qui déplace le personnage au gré du vent. Le but : ramasser d'autres ballons en évitant les obstacles. 

Game Pad addict 

Vous l'aurez compris, la nouvelle manette de la console de Nintendo est riche en promesse. NintendoLand, avec ZombiU, est son meilleur ambassadeur et c'est donc assez logique qu'il s'agisse du jeu fourni avec la machine dans le pack Premium. Mais pour ceux qui ont opté pour les deux autres packs, sachez que NintendoLand est un jeu délirant à plusieurs mais très vite ennuyeux en solo (car dans ces conditions, seulement six épreuves sont disponibles). C'est en tout cas un très bon petit titre avant de s'attaquer à des oeuvres plus conséquentes. L'indispensable familiale de la Wii U par excellence !



1 commentaire:

  1. Nintendo est décidément visionnaire. L'innovation est mise en avant et c'est comme ça que doit évoluer le jeu numérique ! Bravo !

    RépondreSupprimer