27 mai 2013

Xbox One : petite enquête - A quoi nous attendre ?

Dire que l'annonce de la Xbox One (et tout ce qui s'ensuit) est une catastrophe est un doux euphémisme. Contrôle de l'occasion, connexion permanente, zonage... On a tout entendu ou presque. J'en ai donc profité samedi pour faire un tour en ville et prendre la température auprès de plusieurs boutiques. Plus que de me concentrer sur les chaînes de magasins, je me suis concentré sur les petites enseignes, soit de toutes petites chaînes, soit des magasins privés. Samedi après-midi donc, je devais récupérer ma Game Boy (que j'avais déposé pour réparation) et une Game Gear quasi neuve (la mienne étant finalement morte, même en changeant les condensateurs). Plutôt à l'aise avec le gérant et lui-même sachant quel est mon métier, j'ai pu obtenir plusieurs informations. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que cela fait flipper...

Concrètement, ce magasin (et il en est probablement de même pour la grande majorité de ce type d'enseignes) a reçu un pré-contrat estampillé Microsoft et Xbox One. Ce document permet d'agréer ou non à la politique de Microsoft vis à vis de sa Xbox One. Jusqu'à là, rien de très scandaleux... mais on se rend vite compte de l'abus d'une telle pratique. En signant le document, le gérant accepte de suivre Microsoft et le contrôle de l'occasion qui en découle. Concrètement, lorsque vous achetez un jeu et que vous venez ensuite le vendre, le gérant doit passer par un logiciel/site connecté à Microsoft. Imaginons que vous avez acheté Forza 5 mais que celui-ci ne vous convienne pas. Vous le ramenez et là, le gérant, via ce système, indique à Microsoft que l'utilisateur disposant de tel gamertag a ramené son jeu. Résultat, le Forza 5 est supprimé du compte de l'utilisateur. A la rigueur pourquoi pas, mais ce système est une méthode purement et simplement liberticide dans la mesure où les joueurs et les magasins n'ont plus leur mot à dire. Par exemple, les joueurs peuvent dire simplement adieu à tous les systèmes de vente alternatifs (Ebay, Leboncoin, Trocante, etc.). Et en tant que gérant, c'est une catastrophe dans la mesure où la vente du jeu en question... va rapporter 10% du prix d'achat de base au magasin. 10%, une paille. 

J'ai alors demandé si le prêt d'un jeu pouvait être possible. Genre, vous avez un jeu qui est top méga cool et que vous voulez montrer à un ami. Et là, comme on a pu l'entendre partout, c'est oui... à condition que ledit joueur à qui vous rendez visite se connecte avec VOTRE compte. Autant dire que le prêt réel n'est plus possible, car une fois rentré chez vous, vous allez bien sûr récupérez votre compte pour profiter de votre machine. Et comme une super nouvelle n'arrive jamais seule, on apprend ce matin que la bécane sera zonée. Cela fait beaucoup avec le Kinect 2 obligatoirement branché et la connexion permanente (enfin, quasi mais c'est tout comme hein...). En effet, une fois que vous avez acheté un jeu et que vous l'avez inséré dans votre Xbox One, vous devez être connecté afin que le code inscrit sur le CD soit ajouté à votre console. Ce qui me vient à parler d'un autre détail qui m'a fait bondir, mais là rien n'est confirmé et ça paraît même plutôt bizarre. 

Un des gérants m'a certifié que le lecteur de la Xbox One était un lecteur Blu-Ray ... MAIS que les jeux sont sur de simples CD-R. Les données inscrites sur le disque ne contiendraient pas le jeu mais simplement le code devant être lié à la Xbox One. En clair, il m'a expliqué qu'après avoir lié le code à la console... le jeu s'installerait... après un téléchargement. Et là, ça me paraît tellement aberrant que ça ne peut pas être possible, ou alors le pire est à venir. Ça serait du dématérialisé (ou du cloud-gaming) déguisé... Ils ne sont plus à ça près et on peut même imaginer un système de téléchargement (dématérialisé donc) pour celles et ceux qui ont une bonne connexion et du cloud gaming pour les autres (avec 300 000 serveurs à travers le monde, y a un truc qui cloche... et pourtant, ça n'a mis la puce à l'oreille à personne pour le moment). 

Dans ces conditions, et par rapport à tout ce qui s'annonce... ce gérant a fait le tour de plusieurs boutiques pour aller voir d'autres gérants afin de se mettre d'accord sur la marche à suivre. Certains le suivent sans problème, d'autres sont plus secrets, si bien que naît un climat de suspicion du style "Si moi je ne le vends pas, et que lui la vend... " (ou le contraire). C'est donc un beau bordel qui s'annonce et l'un des gérants m'a même clairement dit qu'il mettrait en place une association si ces clauses liberticides de la part de Microsoft vont trop loin (et c'est déjà le cas), afin de faire jouer leurs droits, voire même utiliser la loi française et européenne en la matière. 

De leur côté, et parce que Sony n'a ABSOLUMENT rien envoyé comme document et ne semblerait pas suivre cette voie-là, ils espèrent tous que Sony va prendre la direction contraire de la firme de Redmond. Et très franchement, on les comprend...

13 commentaires:

  1. un seul mot: flippant! Là on sait dans quoi on met les pieds avec la Xbox One. Merci beaucoup

    RépondreSupprimer
  2. Ça sent l'arnaque de loin, cette future génération de consoles...

    RépondreSupprimer
  3. Très bon article, vraiment bravo!

    RépondreSupprimer
  4. Très bon article ! C'est super complet, rédigé d'un point de vue de joueur comme d'autres sites devraient faire. Par contre... ouais, c'est flippant...

    RépondreSupprimer
  5. Il faut faire très très attention avec les gérants de mag' de JV, je crois que j'ai rarement rencontré des gens aussi mythomanes. :D Et je dit ça ayant taffé chez 2 indés différents.

    Pour le coup du contrat à signer blabla ça ok j'y crois. Le coup du CDR et tu DL le jeu, déjà beaucoup moins... Les jeux next gen feront entre 20 et 50Go, donc euuhh, c'est du grand n'importe quoi, j'y crois pas une seconde. Pis genre personne en a entendu parlé (car sinon la mèche serait déjà vendue), mais lui et sa petite boutique, si? Soyons sérieux. ^^"

    Bref, j'espère que Sony va choisir la voie de la raison, parce que MS commence à me dégouter. :/

    RépondreSupprimer
  6. bon article, mais c'est quand même bien flippant cette histoire, déjà que je ne porte pas microsoft dans mon coeur depuis un certain temps ( depuis mon passage à ubuntu en fait)

    RépondreSupprimer
  7. Merci beaucoup pour votre article. Cependant attendons au moins l E3 et les annonces qui vont suivrent pour se faire une idée precise de la politique de Microsoft.

    RépondreSupprimer
  8. Belle enquête exclusive de ta part Manga ! J'espère que Microsoft n'est pas sérieux.

    RépondreSupprimer
  9. Bien d'accord avec toi Johan, sauf si Microsoft propose deux possibilités après avoir lié le code du jeu à la console : téléchargement pour les grosses connexions, cloud-gaming pour les plus petites. Mais dans l'absolu, je n'y crois pas, ou alors c'est pas une balle dans le pied qu'ils se mettent mais tout le chargeur.

    RépondreSupprimer
  10. Que je sache Microsoft ne travaille pas avec les indépendants (pas assez de chiffre).

    Quand à livrer des jeux sur CDR, je les vois bien en effet sur la chaîne de prod en train de graver 5 million d'ex avec des graveurs et des piles de médias vierges.

    Bref du pipeau.

    RépondreSupprimer
  11. Le cloud-gaming n'est pas possible avec les réseaux que nous avons. Je peux me planter, mais je reste affirmatif là dessus tant que l'on ne m'aura pas démontré le contraire! En tout cas pas avec les résolutions HD. Et les USA sont encore moins bien loti que nous niveau infrastructure web. Ou alors il va falloir se faire à l'idée que la latence fait partie intégrante du gameplay ! Par contre, déléguer une partie des calculs ça c'est déjà plus plausible (gestion du online, gestion des fonctionnalités kikoulol-sociales, des trucs qui n'ont pas besoin d'une réponse immédiate donc... ou qui base leur action sur un principe de prédiction du résultat (ce qui évite que les bonhommes sautent d'un coin à l'autre de la map après être resté figés quelques secondes, contrairement aux premiers MMO et fps en ligne). Sinon, le temps que l'action du joueur soit traitée et l'image et le son renvoyés on sera bien au-delà des 100ms à partir desquels on ressent généralement le décalage (sur le Kinect il était de 90ms, et déjà beaucoup le ressentait...)

    Par contre, pour le coup des jeux à télécharger c'est une autre histoire. En fait c'est déjà en pratique depuis plusieurs années : on achète des jeux "fonctionnels", mais pas forcément finit. Et après on télécharge les patchs pour pouvoir profiter du jeu pleinement. On a même souvent eu le cas de patchs à installer au premier lancement (sans compter les mises à jours de l'OS de la console pour contourner le piratage). Alors ne mettre que le début du jeu, et puis le reste en téléchargement en background pourquoi pas. Cela signifie surtout que pour jouer dans 10 ans, si la xbox one ne crame pas d'ici-là, il faudra passer obligatoirement par le piratage. Microsoft ne gardant sans doute pas les patchs indéfiniment sur ses serveurs :) Enfin, il faudrait aussi avoir envie d'y jouer dans 10 ans, les jeux annoncés pour l'instant m'attirant autant que les pizzas de Michelangelo.

    Bref, jamais eu une aussi grande envie de fuir une console. J'en suis même devenu fan de toutes les vannes lui tombant dessus. C'est vache et gratuit... petit florilège :
    - http://9gag.com/gag/aZb9yvz
    - http://www.gameblog.fr/blogs/JulienC/p_89238_gta-v-pret-pour-la-xbox-one
    - https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=KbWgUO-Rqcw

    Ou encore sur "coloduti" :
    - http://www.youtube.com/watch?v=TMYso30L9zI
    - https://twitter.com/CollarDuty

    ... Il vaut mieux en rire, donc.

    RépondreSupprimer
  12. Il a vraiment rien de choquant ... Le contrôle de l'occasion est qqch de normal, les revendeurs s'en mettent "trop" dans les poches à cause de l'occasion! J'ai acheté la PS3 neuve en 2011 avec mgs4 d'occasion, j'ai surkiffé ce jeu et quoi 2 semaines après j'en apprend plus sur l'occasion et je découvre que Kojima Productions et Konami n'ont pas touché un centime, ça m'a choqué *o* Les mecs ont taffé comme des malades et rien pour eux ...
    La connexion permanente n'existera pas donc pour ça il n'y a pas de problème. Le fait de check la console en quoi c'est dérangeant ?
    On peut toujours prêter un jeu, je comprend pas pourquoi c'est choquant le fait de se connecter à SON compte sur la console de son pote. Perso à chaque fois que je vais chez mon ptit cousin, je me connecte à mon compte PSN sur sa console et lui télécharge mes jeux démat qui lui font envie, c'est limité à 2 consoles et c'est un très bon système.
    Perso la seule chose désagréable c'est l'installation obligatoire car avec les jeux d'auj et de demain 500 Go ça va partir vite. Quand au fait que le jeu ne se trouve dans la boîte et qu'il faille le télécharger je n'y crois pas, tout le monde ne bénéficie pas d'une connexion permettant de télécharger 10, 20 go rapidement. Mais bon même si c'est vrai, si on peut jouer en même temps que l'installation je ne vois pu trop de problème :)

    RépondreSupprimer
  13. Différence de génération peut-être. Pour moi, la Xbox One (et si la PS4 en fait de même, je serai tout aussi cash) n'est pas une console au sens propre du terme. C'est une station multimédia visant à contrôler toute la famille, avec son lot d'éléments totalement liberticide. De vouloir contrôler le marché de l'occasion est une chose, mais l'impossibilité de prêter son jeu ou de le revendre par les moyens que l'on désire est une véritable honte (scandale ?). Tu parles du prêt à un pote, mais je pense que ça sera beaucoup plus restrictif que ce qui est possible avec la PS3. Une fois rentré chez toi, tu ne vas certainement pas laisser ton compte à ton pote (car il est normal de vouloir profiter de la console). L'autre débilité absolue, c'est l'absence totale de rétro-compatibilité (pour les jeux 360, ce n'est pas trop grave, mais pour les jeux XBLA c'est de l'abus pur et simple, certains ayant dépensés une fortune dans ces titres). Il ne faut pas oublier que nombreuses sont les personnes à revendre leur ancienne machine pour pouvoir se payer la suivante. Bref, on marche sur la tête, mais le fossé générationnel montre que Microsoft pourrait, malgré tout, toucher un certain public. Jouer d'accord, se faire contrôler, jamais. Pas de mon côté en tout cas.

    RépondreSupprimer