29 nov. 2013

PlayStation 4 : lancement officiel !

Vendredi 29 novembre 2013. Une semaine après la Xbox One (très convaincante) de Microsoft, c'est au tour de Sony de dégainer et de lâcher sa bombe dans la nature. La PlayStation 4 s'annonce d'ores et déjà comme un précieux qu'il va être excessivement difficile d'obtenir sans réservation. De mon côté, comme pour la Xbox One, je l'ai réservé il y a belle lurette et j'ai donc pu me la procurer cet après-midi. C'est dingue de se dire qu'une simple semaine sépare les deux consoles nouvelle génération mais c'est pourtant le cas. Cette fois, mon statut de freelance n'a pas été suffisant pour obtenir des machines, si bien que j'ai dû mettre la main à la poche. Cela fait un investissement conséquent mais en même temps, elles seront vite rentabilisées avec mes multiples travaux. Mais arrêtons de causer et intéressons-nous à la nouvelle PlayStation 4. Car, elle aussi, elle a bien des arguments à faire valoir. Le match contre la Xbox One s'annonce tout simplement dantesque !

Design et taille

Les photos ne rendent pas les coups, c'est une certitude. J'ai beau avoir vu des vidéos et des photos dans tous les sens, j'ai pris une véritable claque en sortant la bête de sa boite. Cette console est juste magnifique et s'intègre parfaitement à la Xbox One sur mon bureau. Elle est plus petite que cette dernière mais reste malgré tout assez imposante (qu'il est loin le temps de la PC Engine). De ce fait, j'ai été dans l'obligation de me procurer le "stand" qui permet de faire tenir la machine debout. Sans ce socle, mon bureau n'aurait plus eu un centimètre de libre. La PlayStation a aussi le bon goût d'être fabriquée dans des matériaux très classes et la diode, qui part de l'extrémité de la carcasse et s'éteint petit, offre un rendu magnifique à l'ensemble. Assurément, la PlayStation 4 ressemble vraiment à une console, ce qui est moins le cas de la Xbox One (qui reste malgré tout jolie à mon sens). Côté chaleur et bruit, il faut admettre que la PlayStation 4 chauffe légèrement (sans atteindre des températures folles) et qu'elle émet un petit bruit. Mais rien qui ne vienne perturber l'utilisation.

La manette

Pas de doute, ils ont bossé chez Sony ! La manette Dualshock 4 explose littéralement la précédente version. Si les deux sticks analogiques sont moins renfoncés que ceux de la Xbox One, ils sont malgré tout très agréable au toucher. Le design de la manette permet également une prise en main parfaite et le pavé tactile central (multi touch et cliquable) est une chouette idée. La croix directionnelle (ou plutôt les flèches de direction) est excellente, tout comme les touches latérales, bien plus travaillées que sur PlayStation 3. Pour terminer, la diode qui émet de la lumière à l'arrière de la manette offre un look unique à celle-ci. Encore une fois, la découverte s'est transformée en vrai moment de joie. La Dualshock 4, n'ayons pas peur de mots, est une tuerie. Tout comme le contrôleur Xbox One. Chapeau !

Le démarrage et les menus

A l'inverse de la Xbox One, le menu de la PlayStation 4 est une évolution de ce qu'on a connu sur PlayStation 3. On retrouve ainsi un système d'onglets classique, mais le tout est beaucoup plus intuitif et rapide. Il ne faut plus attendre plusieurs secondes pour accéder au PlayStation Store par exemple et les fonctionnalités sont plaisantes. Tout comme sur Xbox One, l'accent a été mis sur la possibilité d'uploader ses vidéos, de les partager sur les réseaux sociaux, de profiter de services musicaux et vidéos. Sur ce point, la PlayStation 4 devrait s'en sortir avec les honneurs, même si les services sont bien moins nombreux (pour le moment) que sur Xbox One. Il faut aussi préciser que les fonctionnalités online de la PlayStation 4 (donc les parties multijoueur, etc.) sont payantes. Il faut être abonné PS + (14,99 euros pour trois mois me semble l'offre la plus intéressante, c'est toujours plus complexe de sortir 49,99 €, même si c'est pour un an).

Et les jeux ? 

Avec les reports de Drive Club et Watch Dogs, la PlayStation 4 souffre de la comparaison avec la Xbox One (pour les exclusivités). Le jeu du lancement est clairement Killzone Shadow Fall (dont je reparlerai prochainement) tandis que Knack fait plus office de petit apéro. On apprécie la possibilité de télécharger gratuitement (pour les abonnés PS+) les jeux Contrast et un excellent shoot appelé Regogun (celui-là Asta, il devrait te plaire ^^). En ce qui concerne les jeux multi-support, la PlayStation 4 est aussi bien garnie que la Xbox One. Vous trouverez donc du NBA, FIFA, Assassin's Creed IV, Battlefield 4, Call of Duty Ghosts, etc, etc. En revanche, ma petite famille s'est éclatée avec les petits jeux de réalité virtuelle du programme The PlayRoom. J'ai voulu prendre la (minuscule) caméra de la console et je ne suis pas déçu, c'est très drôle et ma petite Yumi adore !

Vous l'aurez compris, cette fois ça y est, la nouvelle génération est dans la place ! Et le combat s'annonce énorme :) 

2 commentaires:

  1. ça arrive les tests next-gen ?!!! :D

    RépondreSupprimer
  2. Sur Xbox One oui, sur PS4 ça sera pour plus tard : elle m'a lâché au bout de deux jours...

    RépondreSupprimer