21 janv. 2015

Souvenirs oubliés : Undercover AD2025 Kei (Dreamcast)

S’il y a bien un jeu qui est passé totalement inaperçu sur Dreamcast, c’est celui-ci. Dans ce jeu d’enquête policière, avec un soupçon d’action, le joueur campe une jeune femme amnésique du nom de Kei. Flic de son état, elle est un jour appelée en renfort pour sauver des otages dans un hôtel. Travaillant en duo avec son petit ami, elle va pourtant se retrouver au coeur d’une machination.

Considéré comme un mauvais jeu, j’ai décidé de parler d’Undercover car certains joueurs apprécient beaucoup cette aventure. Avec ses cinématiques en images de synthèse, son graphisme assez particulier (mais pas désagréable) et son animation saccadée (surtout au départ), il y a tout de même de quoi se poser des questions sur l’intérêt d’une telle production. Pourtant, au fur et à mesure, et à condition de lui donner sa chance, on découvre un titre assez sympathique, techniquement bien inférieur à d’autres ténors de la Dreamcast (Code Veronica en tête). Malgré des musiques un peu en retrait, l’ambiance policière accroche. Après, il faut reconnaître qu’il y a énormément d’éléments ultra bancals, comme la maniabilité, capricieuse à l’excès.



Ce n’est donc pas étonnant que le jeu se soit pris une volée de bois à sa sortie. Mais, pourtant, il se dégage un p’tit quelque chose d’attachant dans ce titre. Sans doute parce qu’il dépeint une atmosphère peu commune et un aspect “policier” pas inintéressant. En revanche, il accumule les défauts en pagaille et peine à convaincre à cause de choses surréalistes. Par exemple, si vous utilisez votre arme pour pointer un ennemi, celui-ci va lâcher son arme et rester bêtement à lever les bras. Il suffit de sortir de la pièce (ou même de se balader à l’intérieur de celle-ci) pour que l’affreux disparaisse. Mouais… le jeu date de début 2000 mais quand même.




Dans Undercover AD2025 Kei (en fait, c’est vraiment un nom bizarre :), vous devez mettre en joue vos ennemis pour éviter de gaspiller vos rares munitions. Pour cela, il faut presser la gâchette R (environ de moitié) et cibler les terroristes. Soyons honnêtes, la maniabilité est absolument ignoble et le personnage semble peser une tonne. C’est d’autant plus triste que le titre de Pulse distille d’excellentes idées. Mais cette maniabilité rend le jeu extrêmement difficile.

Pour les curieux, voici une vidéo de gameplay maison capturée sur la console et non sur émulateur…



Cet article est également disponible sur Joypad.fr

1 commentaire:

  1. Effectivement, c'est un souvenir à oublier...Dommage pour les idées bien vues.

    RépondreSupprimer