22 oct. 2019

Ghostbusters Remastered : Le minimum spectral

Dans l’histoire du cinéma, les classiques traversent les générations sans perdre de leur superbe. Dans les incontournables du septième art, la franchise Ghostbusters se place en bonne position. Personne n’a oublié les aventures spectrales de Peter, Ray et Egon et c’est donc avec une certaine curiosité que les joueurs ont accueilli, il y a maintenant une dizaine d’années, un titre reprenant tout l’univers de la licence. Sans avoir marqué profondément les esprits, cette œuvre destinée aux fans était plutôt sympathique. Et c’est justement celle-ci que l’on retrouve aujourd’hui. Revue, corrigée et optimisée, cette petite Madeleine de Proust débarque à point nommé pour fêter les 35 ans du premier long-métrage. Et surtout, il permet de rendre une nouvelle fois hommage au regretté Harold Ramis.



Dans le rôle d’une recrue, vous épaulez le trio des Ghosbusters pour venir à bout des fantômes qui mettent la ville de New York dans tous ses états. Le jeu est agrémenté de dialogues en temps réel, souvent très drôles, campés par les acteurs historiques. Et il faudra se contenter des sous-titres en français car ce remastered ne dispose pas des voix françaises – à l’inverse de l’original. La trame prend place avant les évènements du second film et se focalise sur une invasion de spectres dans le centre de Manhattan. Il va donc falloir arpenter les rues de la ville, une bibliothèque ou encore un hôtel pour stopper les agissements des « hanteurs » (© Obélix dans les 12 travaux d’Astérix).



UN VRAI GHOSTBUSTERS

D’emblée, vous pouvez oublier le dernier épisode paru sur consoles et PC. Ce Ghostbusters 2009, s’il ne réinvente pas le genre, est probablement ce qui se fait de mieux pour les fans. Les blagues sont omniprésentes, on retrouve les musiques d’Elmer Bernstein ainsi que le thème emblématique de la licence et certaines séquences – comme avec Bibendum Chamallow – valent vraiment le coup d’œil. Du côté du gameplay, le titre reste accessible mais demande un petit temps d’adaptation. Ainsi, pour capturer les fantômes, il faut d’abord fatiguer le spectre, l’écraser sur le sol pour l’assommer et ensuite l’emprisonner dans un piège portable. Pour éviter que la prise s’échappe, le jeu reprend un peu le modèle de Luigi’s Mansion, à savoir qu’il faut bouger le stick dans la direction inverse choisie par l’esprit. Évidemment, Ghostbusters oblige, le titre offre plusieurs variantes de tirs et différents gadgets comme le psychotensionmètre qui repère les fantômes planqués dans l’environnement. L’ensemble est plutôt cohérent mais souffre de son âge. Le level design est construit sous la forme de couloirs plus ou moins vastes et la progression est des plus linéaires.



UN REMASTER, ÇA ?

C’est un peu la question que l’on se pose en découvrant le jeu. Car, en réalité, à part l’animation plus fluide et les graphismes légèrement améliorés (comprenez par-là plus fins), ce Ghostbusters se voit amputer de son mode multijoueur et ne propose strictement aucun bonus supplémentaire par rapport au soft de 2009. On a donc une aventure plus agréable à l’œil, plus stable mais qui aurait mérité des animations entièrement retravaillées et surtout un contenu digne de ce nom. Là, ce n’est pas le cas.



VERDICT : MOYEN

Brossant le fan dans le sens du poil, Ghostbusters Remastered aurait mérité un meilleur traitement. Le jeu, optimisé et amélioré, est toujours agréable et on prend du plaisir à parcourir Manhattan mais ce remaster n’apporte quasiment rien à l’original, si ce n’est des graphismes améliorés et une plus grande fluidité. Pour le reste, les développeurs ont carrément sucré le mode multi, les voix françaises et n’ont ajouté aucun bonus. Il semblerait qu’un mode multijoueur soit prévu dans les semaines à venir mais pour l’heure, Ghostbusters Remastered est un titre bien trop moyen pour convenir à tout le monde. Les fans craqueront sûrement (et ils auront raison) mais on aurait aimé bien plus de contenu.

Points forts :

L’ambiance, les musiques

Le gameplay sympathique

Les voix des acteurs originaux

Points faibles :

Remaster très paresseux

Plus de voix françaises

Plus de multijoueur

Aucun bonus inédit

Éditeur : Mad Dog Games – Développeur : Saber Interactive – Genre : Action/Aventure – Date de sortie : 4 octobre 2019 – Plate-formes : PS4, PC, Xbox One, Switch

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire