18 déc. 2020

Les jeux de course de fin 2020 : Entre fun et exigence !

L’année 2020 se termine en apothéose pour les fans de course automobile ! Que vous soyez plutôt simu ou arcade, plusieurs productions se sont démarquées ces dernières semaines ! Nous avons ainsi décidé de les réunir dans un article dédié en mettant les lumières les forces et faiblesses de chacune. Courses sur bitumes endiablées ou rallye, nos machines vont faire vrombir les moteurs. De Need for Speed Hot Pursuit – présenté dans sa version Remastered – à WRC 9 en passant par Dirt 5, nos Xbox Series X et PlayStation 5 ne seront pas de trop pour embellir les somptueux bolides lustrés ! Alors sans attendre, accrochez vos ceintures ! 





Née dans le cœur des années 1990, la série Need for Speed a vécu des fortunes diverses. D’abord portée au panthéon grâce à des épisodes fantastiques, elle a fini par rejoindre le garage des œuvres passe-partout. Ces derniers temps, la licence a carrément perdu de sa superbe et c’est donc avec une certaine curiosité que nous avons posé nos mains sur ce volet remastérisé de l’une des éditions les plus marquantes de cette dernière décennie. Il faut dire qu’avec Criterion Games aux commandes, il y avait peu de chances d’avoir une mauvaise surprise. Fondée en 1996, cette division, qui appartient désormais à Electronic Arts, est à l’origine de l’un des jeux de course les plus funs de tous les temps : Burnout ! En transposant l’esprit de Burnout à la saga Need for Speed, la franchise a retrouvé le feeling de ses débuts. Manette en mains, c’est un bonheur de foncer à plus de 250 km/h sur les routes américaines en semant les forces de l’ordre ou, au contraire, en poursuivant les fuyards. 


Fort d’une ambiance survoltée, Need for Speed Hot Pursuit est une ode à la tôle froissée, aux sorties de route spectaculaires et aux courses-poursuites haletantes. Toute l’âme du jeu repose sur cette capacité à nous mettre aux commandes de bolides ultra rapides (au nombre de 75, tous sous licence officielle), superbement modélisés, en traversant des contrées aussi sauvages que variées. Que l’on soit pilote clandestin ou policier, les sensations sont grisantes et on s’éclate à envoyer valser les concurrents ou les fuyards dans le décor. Avec son mode carrière efficace (on progresse en débloquant des véhicules et des portions de la carte) et ses courses/poursuites en ligne (le jeu est cross-plateforme), il ne manque finalement à Need for Speed Hot Pursuit que la possibilité de jouer à deux en simultané sur un même écran. C’est un crève-cœur de ne pouvoir accéder à un split screen alors que le concept du jeu était parfaitement adapté à des confrontations locales. Avec son mode qualité ou performances (4K/30fps – 1080p/60fps), Need for Speed Hot Pursuit n’a jamais été aussi propre et les nouveaux effets mettent en valeur les tracés et les voitures. Ce n’est pas renversant mais c’est plutôt joli et le gap visuel est tout de même plus prononcé que sur Un Burnout Remastered par exemple. En clair, l’excellent jeu de 2010 est de retour et plus en forme que jamais ! 



Verdict : GRISANT 






De la poussière, des paysages aussi beaux que sauvages, la nature à l’état pur… le rallye est décidément une discipline qui aspire à la liberté. Après un huitième épisode plutôt convaincant, Kylotonn revient avec une nouvelle édition pleine de promesses et placée sous le signe de la next-gen. Rallye oblige, on voit du pays ! Monte-Carlo, Suède, Mexique, Argentine, Portugal, Italie – Sardaigne, Kenya, Finlande, Nouvelle-Zélande, Turquie, Allemagne, Pays de Galles et Japon sont autant de destinations que le joueur va découvrir. Chaque spéciale comportant cinq tracés, ce n’est pas moins de 65 pistes qui sont proposées, dont les petites dernières du championnat officiel ! Les puristes apprécieront. En plus de ce contenu, WRC 9 a la bonne idée de s’appuyer sur le mode carrière entrevu dans le dernier volet. Menu réussi, progression efficace, système de messagerie, embauche des mécaniciens, arbre de compétences, paramétrages de la voiture… tout a été pensé de manière cohérente et on prend un certain plaisir à voyager de pays en pays en essayant différents bolides car tout s’enchaîne rapidement. 


Les compétiteurs, quant à eux, pourront se rabattre sur les défis ou encore le mode eSport pour révéler leurs capacités. Mais la nouveauté est à chercher du côté du Club System et ses championnats personnalisés. Le tout se déroule en ligne et chacun des participants peut effectuer les courses à son propre rythme. Il est toutefois dommage que l’interaction se limite aux classements, il aurait été possible d’envisager une astuce pour se retrouver sur la piste. En revanche, on ne peut qu’applaudir la présence du mode splitté qui permet à deux joueurs de se défier en local. L’autre joueur apparaît alors sous la forme d’un fantôme. En ce qui concerne la partie purement visuelle, WRC 9 s’en sort honorablement. Si certaines textures sont franchement fadasses, la 4K apporte une certaine authenticité aux lieux et les effets sont, dans l’ensemble, réussis. Les chargements sont également rapides sur next-gen, ce qui est une très bonne chose. Testé sur PlayStation 5, nous avons aussi pu profiter des fonctionnalités de la manette DualSense. De quoi renforcer l’immersion, surtout quand la pluie tombe et qu’elle vient se matérialiser dans le haut-parleur. Pour son entrée dans la nouvelle génération, le jeu de Kylotonn s’en sort pas mal. Assez exigeant – même si la difficulté est paramétrable – il a certes les atours d’une grosse mise à jour de l’épisode 8 mais se montre à son aise. Les amateurs du genre apprécieront.



Verdict : SOBRE ET EFFICACE





L’éditeur avait prévenu : Dirt 5 est un jeu résolument arcade et fun qui met de côté l’aspect simulation du quatrième épisode ou du 2.0. Pour cette nouvelle itération, les développeurs de Codemasters ont misé sur les couleurs flashy, le spectacle et les sensations. C’est un parti pris assumé et il est hors de question de lui espérer une sortie de route sous prétexte que sa philosophie a fait une volte-face. Dirt 5 fait ainsi la part belle au voyage en vous propulsant sur les tracés du Brésil, de l’Afrique du Sud ou encore de la Chine. Le dépaysant est varié et garanti ! En adéquation avec la direction artistique très colorée, le titre dégouline d’effets lumière classieux. Sur PlayStation 5 (la version testée), le rendu est franchement sympa mais ne cherche, à aucun moment, le photoréalisme. Par certains côtés, il rappelle l’excellent SEGA Rally du studio Sumo Digital. C’est beau, ça pète de partout et ça va vite, que demande le peuple ? Les sensations arcade vont de pair avec l’agressivité des concurrents et l’absence totale d’accidents. On a ici affaire aux bonnes grosses colissions qui tâchent mais qui n’ont comme conséquences que l’aspect esthétique de la caisse. Mention spéciale au passage pour le changement en temps réel de la météo ! 


Côté gameplay, la conduite s’avère agréable avec une grosse propension au drift. Le feeling est accrocheur et on dévore les courses sans voir le temps passer. Non pas que le mode carrière soit d’une grande originalité mais l’ambiance (la playlist est vraiment cool) campée par Troy Baker et Nolan North – pour les anglophones mais les voix sont aussi doublées en français – a quelque chose de fédérateur. Le Playground, reposant sur le partage d’épreuves et de circuits, fête son retour tout comme l’exigeant – mais tellement fun – Gymkhana et ses défis. Les pilotes en herbe pourront également montrer toute leur maîtrise du pilotage sur le net ou via le mode local en écran splitté (quel bonheur que ce dernier n’ait pas été oublié, au même titre que celui de WRC 9). Avec ses véhicules de différentes natures (voiture, 4x4, buggy…), son fun omniprésent et sa pêche sonore, Dirt 5 a vraiment tout de la bonne pioche pour les amoureux du genre arcade. Surtout si vous y jouez sur next-gen avec des temps de chargement ultra rapides. L’approche du studio divise mais celle-ci est assumée jusqu’au bout. En plus, la DualSense est mise à contribution sur PlayStation 5. Ce fils spirituel de SEGA Rally (version SEGA Racing Studio), de DriveClub et de Motorstorm a décidément de sérieux atouts ! 


Verdict : DÉLICIEUSEMENT FUN


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire