10 févr. 2021

Atelier Ryza 2 : Tout est bon dans le chaudron !

Disponible depuis le 26 janvier dans nos contrées, Atelier Ryza 2 : Les Légendes Oubliées & Le Secret de la Fée est le nouvel épisode de la célèbre série de Gust. Née en 1997 sur PlayStation et Saturn, la franchise Atelier repose sur un thème central : l’Alchimie. Sortie sur un très grand nombre de supports, elle a connu plusieurs volets canoniques ainsi qu’une série de spin-off et s’est appuyée sur différents personnages au fil des générations. Pour cette itération inédite, on retrouve la jeune Ryza découverte dans une première aventure en 2019. Un vent de liberté et de naïveté souffle sur le monde du RPG mais est-ce suffisant ? 

Dès les premiers instants, la constatation est cinglante. On sait que les Japonais sont friands de ce type de narration mais on se disait qu’Atelier Ryza apporterait un peu de maturité dans la mise en scène et les dialogues. C’est raté. En plus de souffrir de séquences d’un immobiliste agaçant, le titre du studio de Nagano baigne dans une ambiance nian-nian au possible et l’intrigue ne décolle pratiquement jamais. C’est plat, mou et tout n’est que prétexte à la découverte d’un monde rempli de créatures de plus en plus résistantes. Un peu de pincée de magie, d’alchimie et de « dorlotage » et vous comprendrez que la trame de ce volet peut rapidement tourner en rond et donc lasser. En clair, si vous n’accrochez pas aux sempiternels discours sur la confiance, l’amitié et le respect d’autrui, vous risquez vite de déchanter. Pour exagérer, on pourrait dire que ça rejoint les chaines débiles et autres « textes à rimes » tout nases que l’on croise parfois sur les réseaux sociaux, notamment Facebook. On pouvait espérer que certains personnages remontent le niveau mais, non, rien à faire, plus on avance et plus on s’enfonce dans une mélasse de bons sentiments. Et les dialogues sont parfois interminables, ce qui n’aide pas. 


Cordon bleu 

Se balader dans de beaux environnements, traverser des donjons et préparer de nouveaux artefacts grâce aux éléments récupérés sur le champ de bataille (ou dans les tonneaux et autres caisses), voilà le fil rouge d’Atelier Ryza 2. Si l’histoire n’a rien de bien passionnant à raconter, la franchise possède pour elle un gameplay solide où la recherche d’ingrédients prend un temps important. En effet, pour acquérir tel ou tel sort (attaque, soin, défense…), il faut s’assurer d’avoir les bons objets et un chaudron digne de ce nom. Du côté des combats, on retrouve le dynamisme du précédent épisode (même si les rixes auraient pu être encore plus vives) avec un système ATB matérialisé par une jauge qui indique quel est le personnage qui attaque. Le tout est complété par un concept de « switch » qui permet de changer à la volée de protagoniste. Malgré une approche très classique, c’est véritablement l’un des points forts du jeu, d’autant que cette suite offre la possibilité de chevaucher une monture, de nager ou même de bondir de façon spectaculaire pour passer des trous béants.


Prendre un joueur par la main 

Atelier Ryza 2, malgré sa durée de vie importante, est une œuvre très dirigiste. En dépit d’un semblant de liberté, le joueur est souvent pris par la main, au point où certaines énigmes sont complètement téléguidées. Si les novices apprécieront, ça ne sera pas le cas des amateurs de challenge tant la progression se fait en couloir. Mais ses petits défauts n’entacheront en rien l’impression visuelle et sonore globale. Les musiques sont toujours aussi agréables et les graphismes ont un aspect chatoyant très accrocheur. On note aussi, durant l’aventure, des améliorations intéressantes qui apportent une certaine souplesse au jeu. C’est le cas de la téléportation qui évite de se farcir des kilomètres bêtement ou un système de quêtes bien pensé. Indéniablement, cette suite fait le pari de l’ouverture, du « grand public » et ce parti pris ne sera pas du goût de tout le monde. L’aventure demeure plaisante mais ne manquera pas les esprits comme on pouvait l’espérer.


VERDICT : CORRECT


Perplexe, c’est un peu le mot qui revient quand on progresse dans Atelier Ryza 2. Comme dans le premier épisode, le gameplay est efficace et les petites améliorations sont bienvenues mais la franchise traîne des boulets (en termes de mise en scène, de narration, de personnages…) qui l’empêche vraiment d’atteindre le haut du panier. La réalisation d’ensemble est assez propre sur PlayStation 5 et les temps de chargement sont quasi inexistants. On note même des passages avec du ray-tracing (dans les flaques d’eau notamment) et le jeu demeure très joli. Dommage que certains ralentissements soient si voyants. En ce qui concerne l’aventure en elle-même, tout dépendra donc de votre niveau d’attente. Le titre est globalement agréable et entièrement traduit en français (un excellent point !) mais la licence a besoin de gagner en maturité et de prendre du coffre (à défaut de chaudron). 

Points positifs : 
  • Des environnements plus grands
  • Un joli character design
  • Musiques réussies
  • Combats et système d’alchimie efficaces
  • Le confort de la version PS5
  • Entièrement traduit en français 

Points négatifs : 
  • Personnages creux, intrigue plate
  • La mise en scène trop molle
  • Des ralentissements
  • Approche « casual » qui en fera déchanter 

Éditeur : Koei Tecmo / Développeur : Gust / Genre : RPG / Date de sortie : 26 janvier 2021 / Nombre de joueurs : 1 / PEGI : 12 / Supports : PS4, PS5, PC et Nintendo Switch

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire