6 oct. 2021

Ghost of Tsushima – Director’s Cut : Soleil levant sur PS5

Il y a des hasards qui tombent parfois à point nommé. Quelques jours avant l’arrivée de Ghost of Tsushima : Director’s Cut, j’ai découvert la fabuleuse série-documentaire « Le temps des Samouraïs » sur Netflix. Totalement happé par ce programme, je me suis délecté des 6 épisodes retraçant l’Histoire du Japon, du règne du sanguinaire Nobunaga à la réunification du pays par Hideyoshi pour terminer par la confrontation entre Ishida Mitsunari et Tokugawa Ieyasu. Les reconstitutions sont si réalistes que j’ai été imprégné par cette atmosphère. Aussi, prendre en main la nouvelle itération des aventures de Jin Sakai était comme une suite logique. Déjà sublime sur PlayStation 4, cet épisode profite pleinement des capacités de la PlayStation 5, ajoute son lot de fonctionnalités et se pare d’un pan scénaristique inédit. Comme prévu, j’ai été totalement conquis une seconde fois.

Le héros de cette aventure, Jin Sakai, est un miraculé. Fortement malmené lors d’une invasion mongole, le samouraï à la barbe de trois jours est désormais l’espoir de toute une nation. Face au terrible Khotun Khan, descendant de Genghis Khan, l’armée japonaise n’a rien pu faire. Désireux de conquérir l’intégralité du territoire, l’ennemi avance dans les terres en massacrant la population et la motivation qui animait les troupes n’est désormais plus qu’un feu de paille. Sakai le sait : pour redorer le blason de son pays et reconquérir son île, il doit libérer son oncle, retenu captif, et recruter des femmes et des hommes prêts à se battre. Ainsi débute le périple d’un homme prêt à tout pour retrouver son honneur et sauver les siens.

 


TSUSHIMA, TERRE DE LÉGENDES

Ghost of Tsushima a pour lui un cadre historique et géographique exceptionnel. L’île, qui fait partie de la préfecture de Nagasaki, bénéficie d’une nature abondante où se mêlent montagnes, forêts, rivières et, bien sûr, plages. Principale « barrière » entre le Japon et la Corée du Sud, c’est une terre qui a été le théâtre de nombreux conflits dans l’Histoire. Et en 1274, alors que les Mongols s’enfoncent dans les villages, c’est une terre hostile. Manieur de katana, Jin Sakai évolue dans un univers vidéoludique que l’on connaît, avec son système de missions principales et annexes, ses différents camps à libérer, ses habitants à sauver, ses rencontres aléatoires, etc. En matière de game design, Ghost of Tsushima ne réinvente pas la formule, mais son background et son HUD très épuré (un peu à la Breath of the Wild) font qu’on a le sentiment de découvrir quelque de nouveau, de rafraîchissant. Au gré du scénario – qui n’est pas d’une profondeur folle – on découvre les endroits emblématiques des lieux : le mont Shiratake qui culmine à 519 mètres, la plage de Komoda, le château de Kaneda (dont il ne reste aujourd’hui que des ruines), le château de Kaneishi, le mont Ariake, ou enocre le Temple de Banshouin. S’il est vrai que la carte, à défaut d’être petite, est parfois un peu vide, l’environnement est si immersif et magnifique qu’on plonge à corps perdu dans cette fable japonaise.

 


L’ÎLE AU VENT

Sans doute conscient des ressemblances de leur jeu avec d’autres « bacs-à-sable » triple A, les développeurs de Sucker Punch ont intégré un concept fort ingénieux. Dans Ghost of Tsushima, le joueur peut à tout moment frotter le pavé tactile de la manette pour que le vent lui indique le chemin. Il suffit ainsi de suivre les bourrasques, artistiquement superbes, pour atteindre son objectif. On profite ainsi de paysages majestueux (car il faut parfois contourner une zone ou une falaise) et le jeu parvient à se passer d’une mini-map. Bien évidemment, il est possible d’accéder à la map globale en appuyant sur la touche avec les trois barres (l’équivalent du Start quoi) et ainsi sélectionner la mission de son choix. Véritable ode au voyage, Ghost of Tsushima a aussi pour lui des combats d’une nervosité rare. Selon la posture adaptée (on les débloque au fur et à mesure, en zigouillant les chefs de camp), Jin Sakai est à même de résister contre des archers, des ennemis munis de lances, des épéistes, etc. Les individus sont de plus ou moins importante corpulence et le frêle soldat que l’on incarne a plutôt intérêt à esquiver, sous peine de valdinguer joyeusement dans le décor. Comme n’importe quel open-world, on retrouve le schéma classique de l’arbre de compétences qui permet, à terme, de balancer des bombes, de créer un nuage de fumée pour disparaître, de lancer des kunaïs avec plus d’efficacité et bien d’autres. Et quand on est encerclé, fuir est parfois la meilleure solution, malgré la présence du système de lock (ajouté via une mise à jour cet été). À noter que le jeu est saupoudré d’idées sympathiques, comme les duels (il faut maintenir la touche triangle et la lâcher au bon moment) ou tous les aspects infiltration avec les hautes herbes ou le crapahutage sur les toits.


UNE NOUVELLE CONTRÉE

Avec sa quinzaine d’heures, Ghost of Tsushima est une œuvre qui n’est pas parfaite (narration, intérêt des missions secondaires…), mais qui laisse un souvenir inoubliable. On pouvait donc difficilement s’attendre à ce que le studio Sucker Punch réussisse à aller plus loin en si peu de temps. C’est pourtant ce que parvient à faire l’édition Director’s Cut sur PlayStation 5. Après la fin de l’acte 2, le jeu s’ouvre sur l’île d’Iki, une zone inédite tenue par une organisation secrète appelée l’Aigle. Devant lutter face à ses démons, Jin Sakai se retrouve dans une situation difficile et les développeurs ont soigneusement travaillé le récit et les quêtes qui en découlent. Moins stéréotypé que l’aventure principale, cet arc narratif – plus sombre et psychologique - s’accompagne de nouveautés intéressantes comme le cheval qui peut charger, l’ajout de quelques techniques de combat supplémentaires ou des défis rigolos (tournoi de bokken, mini-jeu musical…). Visuellement et artistiquement, Ghost of Tsushima est une leçon, notamment en matière de couleurs. Chaque lieu visité est un délice pour la rétine et les effets (éclairages, pyrotechnie, volumétrie…) sont dingues ! Cette édition Director’s Cut va encore plus loin en proposant du 60 images par seconde en 4K pour un rendu démentiel et sans un seul ralentissement. Enfin, musicalement, l’œuvre de Sucker Punch fait très fort en faisant appel aux instruments traditionnels japonais (koto, shamisen…). Tout cet ensemble procure au jeu une force visuelle et sonore fabuleuse et passer à côté serait une erreur.

 


EXCELLENT

 

Déjà très bon sur PlayStation 4, Ghost of Tsushima se voit sublimé grâce à la nouvelle génération de consoles. Direction artistique à tomber par terre, animation ultra fluide, graphismes absolument divins, le jeu de Sucker Punch se paye une cure de jouvence salvatrice. L’arc narratif inédit apporte un éclairage très intéressant sur le passé de Jin Sakai et permet de profiter de panoramas exceptionnels en plus d’un rythme maîtrisé. Immersive comme jamais, cette édition Director’s Cut est une vraie réussite et il serait dommage de s’en passer si vous disposez de la console.

 

Points positifs :

L’île d’Iki est d’une beauté à couper le souffle


Plus beau et plus fluide que jamais


L’arc narratif inédit


Une ambiance sonore envoûtante


La DualSense au cœur du gameplay


Points négatifs :


L’extension fait ressortir les défauts narratifs de l’original


Peu de nouvelles techniques de combat

Combats parfois confus


Éditeur : Sony / Développeur : Sucker Punch / Genre : Action/Aventure / Date de sortie : 17 juillet 2021 / Nombre de joueurs : 1 / PEGI : 18 / Supports :  PS5


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire