10 mai 2010

[Test] Lost Planet ²

Il y a maintenant plus de trois ans (déjà !), Capcom lançait sa nouvelle licence intitulée Lost Planet. Dans ce premier volet, le joueur était immergé dans un monde où la glace et la neige faisaient partie intégrante du paysage. Malgré un scénario on ne peut plus téléphoné, on se prenait vite au plaisir de dégommer des "Akryds", ces créatures tentaculaires dont les teintes orangées signalent les points faibles. Au sol ou à bord de méchas, on avait accès à tout un arsenal transformant l'écran en feu d'artifice du 14 juillet. D'ailleurs, les explosions étaient une vraie baffe technique pour l'époque ! Maintenant que nous sommes en 2010 et que la concurrence fait rage, voyons voir comment s'en sort ce second épisode !

Bon, je vous le donne en mille ! Après avoir passé un bon paquet d'heures dessus, Lost Planet 2 n'a tout simplement pas été construit sur le même modèle que son illustre aîné. Si vous adorez les expériences en solo, passez votre chemin ! Le titre de Capcom procure de vraies sensations avant tout lors des parties en ligne ou à la rigueur, en local. Pour comprendre, sachez que le jeu est divisé en deux parties : la campagne bien entendu (qui n'est qu'une succession de missions mais je vais y revenir) ainsi qu'un mode multijoueurs dont le but est de foutre des roustes à vos potes… ou pas. La trame est on ne peut plus simpliste : imaginez la planète Eden III peuplée par des Akryds de toutes formes et de toutes tailles, dont la substance organique (la thermo-énergie) est recherchée par plusieurs factions d'hommes (les pirates des neiges, de la jungle… etc) qui se foutent sur la gueule pour conquérir un territoire toujours plus grand et récupérer l'énergie tant convoitée. Pas besoin d'avoir fait math sup' pour piger.

Lost Planet 2, si on en croit les notes de la presse, souffle le chaud et froid. D'un côté, il y a les amateurs de online qui s'y sont parfaitement retrouvés et les autres qui ne parviennent pas à comprendre le choix de Capcom. Pourtant, à moins d'être totalement hermétiques au genre, il faut avouer que ça fonctionne pas mal. Dès le départ, on foule un paysage enneigé et glacial pour combattre quelques Akryds, histoire de se mettre en jambe et de se familiariser avec le gameplay. Dès lors, le terrain devient plus vaste (sans être très étendu) et demeure surtout très varié ! D'une montagne, on passe à une jungle luxuriante aux torrents limpides, suivi de niveaux à l'architecture industrielle, en passant par un désert et même une station spatiale ! Sur ce point, Lost Planet 2 fait très fort en variant énormément son environnement. Les déplacements ressemblent trait pour trait à ce qu'on a pu voir dans le premier volet. Ainsi, le personnage est un peu lourd et peut utiliser de nombreuses armes. Le grappin est toujours de la partie pour atteindre des plateformes surélevées. On regrette par contre que les lieux manquent de grandeur, ils donnent l'illusion d'être très vastes mais certaines missions se finissent en quelques minutes. Un peu dommage...

Au cours du jeu, vous devez donc lutter contre d'autres factions (des hommes munis de combinaisons tout aussi solides que les vôtres) ou terrasser des Akryds, dont certains boss atteignent une taille absolument gigantesque. Et c'est là que Lost Planet 2 prend tout son sens. A plusieurs, avec des coéquipiers humains, c'est un régal de contourner l'ennemi, de faire diversion, de couvrir ses partenaires, j'en passe et des meilleures. Au fur et à mesure de votre périple, les factions et Akryds deviennent de plus en plus résistantes. Il est donc préférable de ne pas foncer tête baissée, même si les premiers niveaux laissent à penser le contraire. Par contre, n'espérez pas prendre du plaisir en solo, tant l'intelligence artificielle est complètement à la rue. On sent bien que les environnements ouverts posent problème à celle-ci et il n'est pas rare de se retrouver en situation critique sans que vos coéquipiers ne daignent bouger un pouce. Pire, quand vous êtes paumés, ils vous suivent bêtement jusqu'à ce que vous trouvez la sortie (je pense notamment à un niveau un peu labyrinthique composé d'escaliers et de portes en fer à détruire). Dans ces conditions, c'est bien simple, il est presque impensable de s'amuser en solo, dans la mesure où on a l'impression (et je pèse mes mots) d'être complètement seul face à une armée entière. Et la difficulté s'en ressent grandement, car le jeu n'a pas été pensé de la sorte.

Lost Planet 2 propose un arsenal ultra complet et la présence d'armures de combat et de boucliers est un plus non négligeable. Comme je le disais en début de test, il est également possible de grimper à bord de robots appelés Vital Suits (ou VS) qu'il faut activer et parfois réparer pour les utiliser à bon escient. En face d'un boss Akryd, leur présence est plus que bienvenue tant la force de frappe de ces engins mécaniques est supérieure à la plupart des armes que vous trouverez sur le champ de bataille. On peut signaler le bon point du respawn qui ne dure que deux secondes avant que votre personnage ne réapparaisse pour retourner au charbon. D'ailleurs, tout comme Lost Planet, les checkpoints sont représentés par des points de contrôle qu'il faut activer au fur et à mesure que vous avancez dans la mission. Une fois que vous avez terminé la campagne, il est possible de s'adonner à un multijoueur tonitruant (pouvant comporter jusqu'à 16 joueurs) dont les cartes sont parfaitement pensées pour s'amuser. Les modes de jeu sont nombreux et les amateurs du genre se feront plaisir.

Pour terminer, sachez que le jeu est vraiment beau ! Le moteur de Capcom, le MT Framework remplit plutôt bien son contrat, avec des effets de toute beauté (notamment les explosions, superbes !). Certes, on note de ci de là des textures très moyennes, quelques effets ratés et l'animation aurait pu être plus coulée mais l'ensemble accroche suffisamment l'oeil pour en faire un titre de première ordre. Les phases avec les boss Akryd sont vraiment prenantes, tout comme la bande son qui plonge le joueur dans une ambiance guerrière teinté de SF avec des séquences faisant penser à du AVATAR (notamment lors de l'intro). Maintenant que vous avez lu ce test, je vous laisse découvrir le montage vidéo vous présentant quelques situations et décors ! Si vous aimez les jeux online, LP2 devrait vous convenir. Le cas contraire, la partie solo est trop bancale pour lâcher ses deniers dans cette production. D'où les deux notes…

Note multi : 16/20
Note solo : 12/20


Musique de la vidéo : M4 Part 2 du groupe Faunts

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire