11 sept. 2010

[Test] Metroid Other M - Wii


Editeur : Nintendo
Développeur : Team Ninja
Date de sortie : 3 septembre 2010
Genre : Action

Enfin ! Le génial Metroid Other M est arrivé (merci le moustachu à la salopette rouge !) et le lot de craintes qui gravitait autour de la galette s'est estompé comme neige au soleil. Car oui, il fallait être sacrément couillu pour filer une licence aussi prestigieuse à un studio de développement externe à Nintendo. C'est pourtant le pari fou qu'ont relevé les membres de la Team Ninja. Ils sont parvenus à retranscrire l'essence de la saga avec les moyens actuels tout en innovant. Mais sans plus attendre, place au verdict.

Première baffe et non des moindres, l'histoire de Metroid Other M débute à l'instant même où Super Metroid se termine. Samus Aran est aux prises avec Mother Brain (ça m'a toujours fait marrer car c'est le surnom que donnait les employés de Nintendo à leur patron, Hiroshi Yamauchi) qui s'apprête à asséner le coup fatal à la chasseuse de primes. C'est alors que surgit son Metroid protecteur (qu'elle identifie à un bébé) qui se sacrifie sous les yeux de la belle. Cette dernière n'hésite pas à se venger en éliminant le monstre et en s'enfuyant de la planète Zèbes. Dès le départ, le décor est planté sous forme de cinématiques en images de synthèse à tomber à la renverse. Pour moi, elles font partis des plus belles que j'ai découvert dans un jeu vidéo. Et comme elles sont assez nombreuses, on ne fait pas la fine bouche.

Une fois passé le tutorial, simple et efficace, vous êtes envoyé sur une station spatiale qui n'émet plus aucun signe de vie. Vraisemblablement, des choses étranges s'y sont déroulées et il est de votre devoir de rétablir la vérité. S'articulant autour d'un scénario bien amené, Metroid Other M fait la part belle aux personnages secondaires, campés par une troupe de soldats de la Fédération Galactique. Pour la première fois, Samus Aran délie sa langue et la progression de l'histoire se fait avec plaisir, sans temps mort.

Metroid oblige, on retrouve toutes les ficelles des anciens opus. La Wiimote (sans nunchuk) se tient de façon horizontale pour l'action de base, à savoir le déplacement, le saut, le tir ou encore la mise en boule (pour poser les bombes) et de façon verticale dès lors que vous devez passer en vue subjective, afin d'analyser les lieux ou de gagner en précision pour atteindre des ennemis. Différentes actions sont possibles, comme les rebonds sur le mur ou encore la charge du canon. Il suffit d'un petit temps d'adaptation pour faire ce qu'on veut de la belle héroïne (hummmm, pas taper chérie, pas taper !). Le bestiaire est varié, les situations contre les boss sont nombreuses et les rebondissements évoluent crescendo jusqu'au point d'impact ultime.

Pour terminer le jeu, il faut compter une dizaine d'heures pour la trame principale auxquelles se rajoute une ou deux heures en plus pour explorer toute la station. En effet, une fois que vous avez terminé votre mission, vous avez la possibilité de revisiter les lieux en utilisant tous vos pouvoirs. Seul bémol à ceux-ci, ils sont activés au fur et à mesure par votre supérieur et ne font plus l'objet d'une vaste exploration comme à l'accoutumée. C'est sans doute le seul élément que je peux déplorer car le reste est vraiment d'une qualité indéniable. Les graphismes sont splendides et l'animation ne faiblit quasiment jamais. Metroid Other M est l'un des meilleurs jeux de la Wii et demeure un immanquable pour les fans de la série.
Pari réussi pour la Team Ninja !


3 commentaires:

  1. J'en profite pour signaler que le DVD du jeu est double couche, ce qui fait que la lentille de la console travaille plus.

    RépondreSupprimer
  2. Comment ça ? Lecture double couche = 2 lasers différents et spécifique pour chaque couche. Dans les films DVD d'ailleurs, ça provoque parfois un léger décrochage. Donc ça ne travaille pas plus que du simple.

    RépondreSupprimer
  3. Je connais pas exactement le détail de la chose, mais je sais que certains jeux Wii sont "double couche". A mon avis, c'est différent des DVD, il y a bien qu'un seul laser dans la Wii. D'ailleurs, cela a posé quelques problèmes sur des jeux comme Super Smash Bros Brawl.

    RépondreSupprimer