7 nov. 2020

Star Wars Squadrons : À bord du X-Wing !

Ces dernières années, on ne peut pas dire que la licence Star Wars, en matière de jeux vidéo, s’est moquée de nous. Outre les batailles en ligne des Star Wars Battlefront, le grisant Fallen Order s’est imposé grâce à sa direction d’artistique d’orfèvre et son action survoltée. Sûre de sa Force, la saga de George Lucas traverse les décennies et continue de fédérer au travers d’œuvres de plus en plus immersives. Et forcément, à l’heure où les graphismes flirtent avec le photo-réalisme, il aurait été fort dommage de ne pas profiter d’un véritable shoot spatial, à l’image de l’extraordinaire Rogue Leader, la pépite de la ludothèque Gamecube. Avec Star Wars Squadrons, EA Motive rallume le flambeau de la franchise X-Wing et ravive le conflit entre la Nouvelle République et ce qu’il reste de l’Empire. Un récit prenant au profit de missions galactiques vertigineuses, ça vous dit ?




L’intrigue de Squadrons se déroule après les évènements du Retour du Jedi. Le groupe de rebelles se fait désormais appeler la Nouvelle République et l’Empire Galactique, bien qu’orphelin de Dark Vador, tente de redorer son blason. C’est dans ce contexte que le jeu va vous mettre aux commandes du X-Wing ou du chasseur TIE. Car la particularité du mode solo est de vous plonger dans les coulisses des deux camps ! Pendant la quinzaine de missions que comporte l’histoire principale, vous allez découvrir de sublimes panoramas spatiaux en suivant différents objectifs : escorte, destruction de cibles, scan d’objets, etc. Entre chaque mission, le joueur revient au Q.G pour y suivre un briefing et discuter avec l’équipage. Le tout est donc plutôt bien foutu mais on remarque rapidement un problème de rythme. En effet, lors des scènes de transition au hangar de chaque camp, les déplacements sont figés ! On se croirait revenu du temps de Myst ou de l’Amerzone avec des écrans fixes en guise de progression. Il n’y aucune possibilité de se balader dans ces lieux et l’intérêt est proche du néant absolu. Le résultat est sans appel : on s’ennuie profondément et on se demande où les développeurs ont voulu en venir avec ces transitions. Les cinématiques manquent de peps malgré des dialogues plutôt réussis. On apprécie réellement les questionnements des individus, avec une trame qui ne verse pas dans le manichéisme facile.


La guerre des étoiles

S’il n’affiche pas une structure narrative très motivante, Star Wars Squadrons se rattrape grâce au dynamisme de ses missions. En dépit d’une impression de vitesse un peu mollassonne, le titre dévoile ses qualités dans ses dogfights et son sens de la mise en scène. Aux commandes du vaisseau, on flirte avec la carcasse d’un croiseur interstellaire, on défie les ennemis en effectuant de la haute voltige, le tout en s’assurant que tous les systèmes de pilotage, à commencer par le bouclier, tiennent le choc. Bien évidemment les concepteurs du jeu se sont amusés à placer une myriade de références et c’est d’autant plus appréciable que le matériau d’origine a été très respecté. Les uniformes, les personnages que l’on rencontre, les lieux visités… on sent l’amour d’EA Motive pour la première trilogie. Maintenant, il faut reconnaître que le solo d’une dizaine d’heures, ne marque pas les esprits autant qu’on l’aurait souhaité. Encore une fois, le rythme est haché par des transitions trop fades et en dehors de quelques moments vraiment grisants, on n’en garde pas un souvenir indélébile. Indubitablement , il est plus un prétexte d’apprentissage qu’un véritable mode solo accrocheur. Pour en profiter pleinement, il reste toutefois un accessoire qui change pas mal la donne : la VR !


Devenez pilote

L’une des promesses de Star Wars Squadrons est d’être entièrement compatible avec la réalité virtuelle et nous avons pu en profiter via le PlayStation VR. À l’image de Resident Evil VII, Astrobot ou encore Moss, Squadrons est un jeu complet qui repose sur le même contenu qu’en mode standard. En dehors des scènes de transitions (qui, elles, restent en 2D classique), tout le jeu est accessible en réalité virtuelle. Bien évidemment, les graphismes sont beaucoup moins nets que sur un écran classique mais les détails sont tout de même présents, les textures sont assez jolies et les différents fonds immergent pleinement le joueur dans l’espace. Les explosions manquent un peu de panache et il y a forcément des éléments flous dès qu’on s’éloigne. Mais l’ambiance à la Star Wars, les musiques orchestrales, les voix françaises et les bruitages des lasers font qu’on se détache très vite des petits défauts. Là où Star Wars Squadrons peut paraître un peu fade par moments, il est sublimé par la VR. Et qu’on se le dise, se retrouver aux commandes d’un X-Wing, ça ne laisse pas indifférent.


Pilotes, à vos manches !

Le mode solo est une ouverture sur le gros morceau du jeu : les combats en ligne ! Ces derniers sont composés de deux modes : Combat aérien et Bataille de flottes. Deux escadrons de cinq vaisseaux se défient sur six cartes aux thématiques visuelles diverses. On compte 8 types d’aéronefs (X-Wing, TIE Fighter, Tie Interceptor, A-Wing, etc.) pour quatre classes : Chasseur, Intercepteur, Bombardier et Support. C’est assez basique il est vrai mais on prend un certain plaisir à affronter les joueurs du monde entier. Le Combat aérien est, comme son nom l’indique, du bon dogfight à l’ancienne où les points sont décomptés à la fin du temps imparti. On peut paramétrer son vaisseau de différentes manières et le tout fonctionne plutôt bien. Dans Bataille de flottes, les joueurs doivent se coordonner pour détruire un vaisseau amiral tout en résistant aux attaques du camp ennemi et des tourelles de défense. Les joutes intergalactiques sont beaucoup plus longues mais cette pincée de stratégie offre une autre approche du multi. Ce qui est une bonne idée.

VERDICT DU RÉDACTEUR : BON

Vendu à une quarantaine d’euros, Star Wars Squadrons est un jeu qui respecte les matériaux d’origine de la saga de George Lucas. Sans être incroyable, le mode histoire fait le job et donne toutes les clés pour devenir un véritable as du pilotage lors des affrontements en multijoueur. Il est vrai qu’on en fait vite le tour et que l’expérience peut laisser un goût d’inachevé mais ça serait, à notre sens, oublier la portée VR de ce titre. Si vous possédez un casque de réalité virtuelle, les sensations sont tout simplement décuplées et le côté parfois un peu fade des joutes intergalactiques s’estompe. Grâce à la VR, les rixes spatiales deviennent grisantes et ça change tout. C’est assurément un jeu qui a été pensé pour cela (comme le prouvent les séquences de transition figées) et il serait dommage de ne pas en profiter. Dans tous les cas, il s’agit d’un bon Star Wars !


Points forts :

Le respect de la trilogie originale
Sensations décuplées en VR
Bande-son, voix françaises, ambiance au top
Le mode Bataille de flottes
C’est quand même très joli

Points faibles :

Les explosions pas folichonnes
Contenu dont on fait vite le tour
Le mode solo est plus un grand tutorial qu’autre chose
Un petit manque d’interactivité dans le cockpit

Éditeur : Electronic Arts – Développeur : EA Motive – Genre : Shoot/Action – Date de sortie : 02 octobre 2020 – Plateformes : PS4, One, PC

Aucun commentaire:

Publier un commentaire