1 févr. 2021

Hitman III : Le regard du tueur

Reconnaissable au code-barre ornant sa nuque, l’agent 47 est sur le point de mettre un terme à l’organisation secrète Providence, celle qui tire les ficelles depuis le reboot de la série en 2016. Avec ce troisième et dernier épisode, le studio IO Interactive met toute son expérience à profit. D’une richesse folle, cette ultime virée du tueur à gages apparaît comme l’aboutissement d’une franchise à la régularité épatante. Des Émirats arabes unis au Royaume Uni en passant par l’Argentine, le chauve au costard va voir du pays et élaborer de nombreux stratagèmes pour atteindre son but. L’heure du dénouement a sonné ! 


En plus d’être d’une intelligence et d’une force physique supérieures à la moyenne, l’agent 47 ne craint absolument pas le vertige. Posé sur un gratte-ciel gigantesque, rappelant le célèbre Burj Khalifa de Dubaï, le héros au crâne luisant dévoile de nouvelles facettes de sa panoplie de tueur à gages. Dès le départ, le ton est donné avec une mission qui met en lumière l’exceptionnel level design concocté par les développeurs danois. Si la beauté des lieux a quelque chose d’hypnotisant, c’est assurément la richesse des actions qui force le respect. Que ce soit de manière brutale ou plus délicate, tous les moyens sont bons pour éradiquer chaque cible : arme silencieuse, accident domestique, empoisonnement… l’imagination des concepteurs est sans borne. Hitman III reprend tous les poncifs du dernier épisode mais se veut encore plus ambitieux. 


De sang froid 


Maîtrisant l’art de la mise en scène, Hitman III ne réinvente pas la formule mais parvient, par petites touches, à la sublimer. Ainsi, il est difficile de ne pas être séduit par des graphismes faisant la part aux effets de lumière et de réflexion. Testé sur PlayStation 5, le titre s’est montré à son aise, y compris lors des passages avec des dizaines et dizaines de PNJ. Les foules sont particulièrement bien rendues et il est très appréciable de pouvoir s’y faufiler sans que la machine se mette à tousser. On profite également de superbes panoramas (la variété des lieux est à souligner) même si les intérieurs sont, peut-être, un peu moins inspirés dans le sens où on recroise souvent les mêmes éléments (meubles, etc.). Désormais, 47 dispose d’un appareil photo qui lui permet de scanner l’environnement pour interagir avec des portes, des fenêtres et autres ouvertures. Ce dispositif est également utile pour détecter des indices. Pour le reste, le gameplay n’a pas bougé d’un pouce. Il s’agit toujours d’arpenter des lieux pour les découvrir et les analyser, de se coordonner par rapport aux déplacements des individus et d’agir au bon moment avec différentes techniques. Par la découverte de ses situations, Hitman III est une œuvre qui attrape le joueur et qui nous pousse à refaire les missions plusieurs fois pour tester les différentes approches. On note évidemment quelques problèmes d’intelligence artificielle mais les PNJ (gardes, employés…) réagissent assez bien et savent vous surprendre. On prend ainsi son temps à aborder chaque chapitre, qu’il s’agisse des missions principales ou des défis annexes (là aussi, il y a de quoi faire). 


Copie conforme ? 


Malgré son excellence, Hitman III souffre un peu du côté patchwork. Certains joueurs ont été ainsi déçus par cette impression « d’extension à laquelle on a ajouté des cartes plus ou moins inspirées ». Il faut dire que le second volet a mis la barre très haut et on peut comprendre que des joueurs se sentent échaudés par ce syndrome du « copier-coller » payé au prix fort. Après, le titre profite d’améliorations visuelles notables et les intrigues de chaque contrat sont quand même vraiment intéressantes. Il est toutefois nécessaire de rappeler que la série Hitman s’est faite un nom grâce à son mélange d’exploration et d’infiltration et ce n’est certainement pas cet épisode qui va déroger à cette règle. Les phases d’action sont très moyennes, la faute à une raideur dans les contrôles et à une mollesse globale. Dans ces conditions, il est plus que préférable d’opérer de façon discrète en testant toutes les approches imaginées par les développeurs. C’est vraiment en suivant ce schéma que l’on profite du potentiel de cette nouvelle aventure. 


Dans les yeux du chauve 


Hitman III débarque avec une option qui ravira toutes celles et ceux qui avaient remisé leur PlayStation VR au placard. En effet, il est désormais possible de devenir littéralement l’agent 47 pour revivre les six missions principales que propose le jeu. La vue à la troisième personne disparaît ainsi au profit d’une focale subjective, ce qui permet de découvrir sous un autre angle les pérégrinations du tueur à gages. Pour pouvoir s’adapter aux contraintes techniques de l’appareil, les développeurs ont fait des concessions importantes mais le jeu s’en tire vraiment bien et l’immersion est réussie. Cela demeure de la VR donc il y a parfois quelques petites anomalies mais découvrir la saga sous cet angle fait qu’il s’agit pratiquement d’un nouveau jeu ! Autant dire que cette fonctionnalité est sacrément bienvenue ! 


VERDICT : TRÈS BON 



Fidèle à ses principes, la série Hitman – ou plutôt son reboot – clôt le chapitre débuté il y a cinq ans de fort belle manière. Les améliorations visuelles sont notables (et appréciables) et on ne peut qu’applaudir l’arrivée de la réalité virtuelle. Une nouvelle fois, le studio IO Interactive frappe fort et fait montre de tout son talent en matière de mise en scène et de level design. Les approches d’assassinat sont ultra variées, les décors sont somptueux et on se délecte pendant des heures de cet univers immersif. Certes, le syndrome du copier-coller peut se faire ressentir par endroits mais on tient là l’une des meilleures expériences de ce début d’année. 


Points positifs : 
  • Des destinations qui font voyager
  • Un level design exceptionnel 
  • Des défis toujours plus corsés
  • L’arrivée du PS VR 
  • La somme considérable des approches 
  • Le sentiment de liberté 
  • 47 a toujours autant la classe 

Points négatifs : 
  • Hitman 2.1 ? 
  • Phases d’action toujours un peu molles
  • Légers soucis d’IA (rien de méchant) 

Éditeur : IO Interactive / Développeur : IO Interactive / Genre : Action/Infiltration / Date de sortie : 20 janvier 2021 / Nombre de joueurs : 1 / PEGI : 18+ / Supports : PS4, PS5, Nintendo Switch, Xbox One, Xbox Series X/S/ PC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire