23 mars 2011

[Test] Ridge Racer 3D - Nintendo 3DS


La Star du lancement de la Nintendo 3DS, c'est sans conteste Super Street Fighter IV 3D Edition qui fait la une de la plupart des sites de jeux vidéo spécialisés. Rien d'étonnant quand on sait qu'il s'agit d'un des premiers titres, avec Nintendogs+Cats, à avoir été reçus par les rédactions. Personnellement, je n'ai pas pu encore m'essayer à la cartouche de Capcom, mais j'ai passé de nombreuses heures sur PES 2011 3D et Ridge Racer 3D. C'est ce dernier que j'ai décidé de vous présenter. 

J'ai beau avoir fait un nombre incalculable de Ridge Racer, celui-ci m'a fait un effet tout aussi redoutable que celui sorti sur PSP il y a de cela quelques années. Beau (il est même super beau selon moi, à condition d'activer la 3D relief mais j'y reviendrai) et speed, il s'agit d'un Ridge Racer comme à l'ancienne, avec ses fameux dérapages arcade. Après avoir lancé la cartouche (pas dans le mur hein !), on se retrouve en face d'une superbe introduction mettant en scène l'égérie phare de la série : Reiko Nagase.

Une fois dans le jeu, il faut saluer l'excellence du stick de la 3DS. Même si celui n'est pas un stick qui ressort (il est plutôt concave), le pouce épouse parfaitement la forme du stick et c'est un régal de diriger son véhicule sur les nombreuses pistes que contient le jeu. Tout est une question de drift et l'ensemble fonctionne plutôt bien avec une fluidité exemplaire et des musiques (six disques proposant chacun 5 pistes) qui tapent. A ce titre, sachez que la Nintendo 3DS (on en parle peu donc je le signale) explose littéralement les capacités sonores de la Nintendo DS. On a vraiment affaire à des vraies musiques, et non plus des mélodies un peu cheap en midi.

En ce qui concerne le gameplay, on retrouve les charges de nitro apparues sur PSP. Vous avez plusieurs variantes qui apportent un peu de stratégie aux courses, d'autant plus que l'IA ne se laisse pas faire, mais la marge de progression est parfaitement équilibrée. Au fur et à mesure des courses, vous débloquez des points qui vous permettent d'accéder à de nouveaux bolides ou des boots de nitro. Ridge Racer 3D ne révolutionne rien en matière de modes de jeu : Grand Prix, Tournée rapide (une sorte de mini-tournoi), Course Standard, Course Modèle Unique (une course où chaque concurrent à la même voiture), Contre-la-Montre et le désormais classique Duel Street Pass qui consiste à télécharger le fantôme d'autres pilotes.

Mais la vraie force de ce Ridge Racer, c'est bien entendu sa 3D. L'effet de profondeur est saisissant et s'il demande un temps d'adaptation (je mets la molette 3D à fond), il apporte un vrai plus à l'immersion. On a entendu ici et là que le jeu n'est pas super beau, mais il faut savoir qu'avec la 3D relief, le titre est magnifique, avec des environnements très variés et des couleurs somptueuses. Les lieux comme le canyon, la ville illuminé ou l'île sont sidérants (quinze pistes sont présentes, toutes - ou presque - aperçus dans les précédents Ridge) ! Les sensations de relief sont franchement impressionnantes et l'aspect graphique est appuyé par des confettis, de l'eau ou encore des feuilles qui volent sur l'écran. Certaines personnes seront peut être fatiguées par l'effet 3D mais personnellement, au bout de 3 heures, je n'ai ressenti à aucun moment l'envie de couper cette 3D. Au contraire... j'ai eu du mal à lâcher la console. A noter qu'un mode replay est disponible mais il n'apporte pas grand chose.

On regrette finalement que le jeu manque d'originalité (mais bon, c'est un Ridge, donc on sait à quoi s'attendre) mais surtout qu'il n'y ait pas de mode online. Ceci dit, la cartouche dispose d'options amusantes, comme la possibilité de se prendre en photo, de mettre son Mii ou un avatar.


1 commentaire: